Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

FESTIVAL DE BIARRITZ 1998

Le film d'entreprise courtise la TV

29/05/1998

Plus courts, de très bonne qualité, très travaillés et modernisés par les nouvelles technologies... Telle est la tendance des films audiovisuels en compétition à Biarritz.

Pour sa nouvelle mouture, le Festival de Biarritz fait la part belle au multimédia. Parmi les six cents programmes en compétition, près des deux tiers concernent le off et le on-line. Le film de commande, activité traditionnelle du festival, n'en est pas pour autant délaissée, mais plutôt largement représentée, avec cent quatre-vingt-dix audiovisuels d'entreprise. La plupart d'excellente qualité, entend-on parmi les présélectionneurs. À tel point que le choix risque d'être très difficile; bien plus, paraît-il, que ces dernières années. Le jury, composé de soixante-dix membres et présidé par l'homme d'entreprise - une autre nouveauté, car c'était traditionnellement à un réalisateur de long métrage que cette fonction était dévolue - qu'est Jacques Rigaud, président de RTL, a donc fort à faire. Vingt-deux jurés sont spécifiquement affiliés à la production audiovisuelle, parmi lesquels ne figurent bien sûr aucun producteur, mais un réalisateur, Alain Etéve, représentant l'Association professionnelle des réalisateurs d'oeuvres audiovisuelles de commande, et des professionnels d'entreprise, directeurs de la communication et responsables des relations extérieures pour l'essentiel.

Nouveaux formats

De la compétition, émergent déjà les tendances de la création 1997-1998. Dix catégories ont été prévues, dont sécurité et événement-convention créées pour l'édition 1998.«Si, avec cinquante films, l'image institutionnelle représente encore cette année la catégorie leader, pour la première fois, la communication interne et ses trente films passe en deuxième position,explique Laurence Jeandot, responsable des compétitions audiovisuelles pour le Festival.Devant le marketing - vingt sujets -, doublé par la catégorie société et environnement - vingt-cinq oeuvres - et au même niveau que technologie et recherche.»Le format des films présentés est lui aussi innovant. Plus courts, allant de 1min30 à 20minutes, pour un impact immédiat. Concernant leur forme, les sujets présentés ont davantage l'aspect de reportages que les années précédentes, probablement parce qu'ainsi tournés, ils s'offrent une nouvelle fenêtre de diffusion: la télévision. Exit aussi les comédiens.«Les films comportent beaucoup de microtrottoirs, d'interviews des personnels des entreprises»,raconte Laurence Jeandot. Globalement, la qualité semble plus que jamais au rendez-vous.«Beaucoup de films comportent une musique originale, un scénario et une technicité de très haut niveau»,ajoute-t-elle. Le travail en postproduction est à noter. Plus de 50% des films présentés ont joué avec les insertions de titres ou d'image de synthèse. Les animations 3D font aussi une entrée remarquée. Le Grand Prix et ses Dauphins auront-ils ces caractéristiques? Réponse aujourd'hui 29mai.

Envoyer par mail un article

Le film d'entreprise courtise la TV

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.