Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Télévision

Ma nuit avec Frédéric Tad dei

28/06/2002

Depuis quatre ans, tout ce que Paris compte de lieux branchés, de stars people et de noctambules se retrouve dans Paris dernière. Ton libertaire, travellings haletants, musiques de zinzin, le seul road-movie du PAF a inventé un style unique. Au volant, Frédéric Taddei. Reportage.

6 juin, 22 h 30.Le rendez-vous est fixé dans le xive arrondissement, pour la dernière du spectacle d'André Dussolier au théâtre de la Gaîté. En attendant que la nuit tombe tout à fait - au printemps, le tournage se déroule sur deux soirs -, Frédéric Taddei tente une définition deParis dernière:« La nuit d'un mec dans la ville ». Un concept tout simple, inventé en 1995 par Thierry Ardisson, qui a présenté la première saison. À l'époque, Paris première n'était qu'une chaîne câblée ultra-confidentielle. Quatre ans plus tard, elle est bien distribuée sur le câble et le satellite,Paris dernièreaffiche la meilleure part de marché de la chaîne, et tout le monde connaît Frédéric Taddei, qu'on ne voit pourtant jamais à l'antenne.« Durant quatre ans à Canal +, personne ne savait ce que je faisais, mais je signais des autographes à la pelle. DepuisParis dernière,tout le monde me connaît, mais je ne signe plus d'autographes »,s'amuse celui qui estime encore que« faire de la télévision est inespéré ».

23 h 30.Frédéric Taddei empoigne sa caméra DV, bricolée sur mesure, avec support et éclairage additionnel, qui lui permet entre autres de filmer en conduisant. Il saute dans la BMW noire décapotable louée pour la dernière de la saison, une spéciale « Cheveux au vent », diffusée le 21 juin dernier. D'ordinaire, il utilise sa voiture personnelle, une vieille Volvo de trente-huit ans d'âge. Sur la banquette arrière, son assistant et le preneur de son. Voilà toute l'équipe. Éclairage spécial, travellings accélérés, musiques bidouillées signées Béatrice Ardisson (la femme de...) : le style deParis dernière, inimitable, est pourtant copié.« Nous n'avons pas le monopole de la DV »,ironise Frédéric Taddei. Direction la rue de Seine, pour le vernissage de l'exposition Chayan Khoi. Galerie comble, musiciens, projection vidéo sur la façade... Les producteurs sont partis en éclaireurs.« Si l'ambiance est décevante, on n'y va pas »,expliquent-ils. Frédéric confirme :« La valeur des soirées ne se mesure pas au nombre des cartons d'invitation. Et j'essaie d'éviter les répétitions. »Homme-orchestre, Taddei est seul maître à bord. Du coup, Marion de Blay, la programmatrice, prévoit large et laisse la place aux imprévus. Ainsi, le rendez-vous sur la place de la mairie du viearrondissement avec des jongleurs cracheurs de feu passe à la trappe.

Minuit.La BMW arrive devant Le Mabillon. En terrasse, le bluesman américain Stanley Beckford et ses deux musiciens improvisent un miniconcert sous l'oeil ahuri des passants et touristes. Parisienne,Paris dernièreest pourtant transposable dans toutes les villes du monde. Cette saison, Taddei a tentéMarseille dernièreetNew York dernière. L'année prochaine, il compte bien sortir des murs, rêve d'uneIstanbul dernière:« Les branchés de la nuit sont partout les mêmes, seuls les murs changent. »

0 h 30.Départ pour Boulogne-Billancourt. Dans une rue déserte, deux femmes BC-BG poussent des chariots de grands magasins.« Nous ramassons ce que les gens jettent et nous les revendons dans les brocantes »,expliquent-elles à Taddei, qui ne s'attarde pas. Déjà, il a embarqué l'inclassable Gonzales, l'un des musiciens-bidouilleurs les plus tendance du moment, et son clavier. On touche à l'étrange alchimie de l'émission, vaste melting-pot de stars, d'écrivains, d'hommes politiques, de philosophes, d'artistes et d'anonymes. L'émission a ses chouchous, les noctambules avérés, les icônes branchées, et même sa mascotte, un certain Xavier Folteau.« Un vrai fêtard, de toutes les soirées, qui fait tout pour figurer dans l'émission. Il n'y réussit pas toujours »,raconte Frédéric Taddei, qui s'adapte dans tous les cas. Plutôt qu'un héraut de la branchitude, lui se voit en messager de l'underground.

2 h 00.Soirée privée dans la cour d'une toute jeune PME spécialisée dans le « babouche design ». La BMW noire se fraie un passage au milieu des coussins, narguilés et danseuses orientales. La chorégraphe Mia Frye n'est pas mécontente de voir arriver Taddei.« Dans toutes les émissions de télévision, les artistes savent peu ou prou ce qu'on va leur demander,explique ce dernier.Pas ici. Ils ne viennent pas pour vendre leur produit. Ils sont déstabilisés. »Jamais méchant, il les traite toujours d'égal à égal. Certains redoutent, voire refusent la confrontation.« Je les comprends. Moi, je n'aimerais pas »,confie l'intéressé.

2 h 45.Départ pour Pigalle, à la rencontre de Pierre, un rabatteur de peep-show. C'est la dernière partie deParis dernière, séquence « hot » devenue quasi mythique.« Ma mère la déteste. Quant à ma femme, ça l'énerve », avoue Taddei. Une chose est sûre : les aficionados l'attendent.« La mettre en fin d'émission, c'est une façon de respecter et de prévenir ceux qui peuvent être choqués. Ils savent qu'ils ne rateront rien après cet épisode »,explique-t-il.

3 h 00.C'est fini, du moins pour ce soir. Frédéric Taddei va ensuite trier parmi les six à huit heures de rushes pour parvenir aux 52 minutes finales. Certaines des 800 séquences tournées en quatre ans n'ont jamais été diffusées.« C'est la seule émission où l'on n'a de comptes à rendre à personne, où l'on peut exprimer sa créativité »,salue Frédéric Taddei qui, après quatre ans deParis dernière, s'apprête à signer pour la cinquième saison. Aimerait-il revenir à une émission de plateau ?« Je me sentirais comme un lion dans un pique-nique ! »

Envoyer par mail un article

Ma nuit avec Frédéric Tad dei

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W