Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Enquête

Droits TV : duel dans le foot

04/10/2002

Une nouvelle bataille des droits TV pour le championnat de France de football va débuter. Canal+ et TPS affirment qu'elles ne dépenseront pas autant qu'en 1999. Pas si sûr.

Le match se prépare et bien malin qui peut aujourd'hui désigner le vainqueur. En jeu : les droits télévisés du championnat de France de football. D'un côté, les dirigeants des clubs et leur représentant officiel, la Ligue de football professionnelle (LFP). Ils désirent toujours plus d'argent. De l'autre, les chaînes de télévision et, en particulier, les deux plates-formes numériques, CanalSatellite et TPS, détenue à 66 % par TF1. Pour elles, la tactique consiste à trouver un produit d'appel fort destiné à leurs abonnés. Mais elles affirment clairement ne plus être disposées à débourser des centaines de millions d'euros comme en 1999. Cette saison, elles versent près de 400 millions à la Ligue. L'arbitre, enfin : le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

Appel d'offres

Le coup d'envoi sera donné lundi 14 octobre. Selon le journalL'Équipe,c'est la date choisie par le conseil d'administration de la LFP pour lancer officiellement son appel d'offres. Il concerne les trois saisons du championnat de France de football à partir de 2004-2005. Pourquoi si tôt ?« La fenêtre de tir est bonne »,répond Frédéric Thiriez, le nouveau président de la LFP. Les patrons des clubs craignent que les probables évolutions du paysage audiovisuel français détériorent leurs futures recettes. En clair, mieux vaut négocier dès aujourd'hui avec deux concurrents en face qu'attendre la possible fusion entre CanalSatellite et TPS. D'autant qu'en Europe, les chaînes sont de moins en moins disposées à casser leur tirelire.

En juillet 1999, Canal +, TPS et Eurosport avaient signé ensemble un chèque de 1,2 milliard d'euros pour trois saisons. C'était le temps où les chaînes européennes à péage, en pleine logique de conquête d'abonnés, se battaient à coup de centaines de millions pour acquérir les droits de leur football national. Depuis, faillites et fusions ont calmé les ardeurs : ITV en Grande-Bretagne, Kirch en Allemagne, Quiero TV en Espagne, Stream et Telepiù en Italie. Ces expériences ruineuses ne sont pas sans conséquence sur le déroulement des épreuves sportives. Cette année, le championnat a été retardé en Italie, en Grèce et en Israël. En outre, les clubs italiens les plus riches ont dû mettre la main au portefeuille pour aider les moins dotés qui n'avaient pas trouvé d'accord avec une chaîne. Sans compter les dizaines de clubs professionnels en Europe dont l'existence serait menacée sans le soutien des opérateurs audiovisuels.

Logique économique

Du côté des clubs, la LFP a vu le vent venir. Elle s'est appuyée sur quatre audits pour élaborer sa stratégie et rédiger les textes du futur appel d'offres. Des audits réalisés par Carat Sports, Imca (la société de Pascal Josèphe), Deloitte&Touche et le cabinet d'avocats Clifford Chance.« Nous disposons d'études précises qui montrent la valeur du championnat pour le diffuseur,assure Frédéric Thiriez.L'exclusivité a un prix. »« Je suis confiant,complète Christophe Bouchet, le président de l'Olympique de Marseille.Le système est sain en France. Les diffuseurs ont gagné de l'argent et de la notoriété grâce au football. Et ils n'ont pas investi de manière inconsidérée. Je pense que la prochaine négociation sera proche de l'ancienne. »Cette manne financière est stratégique pour les clubs français. Lors de la saison 2000-2001, les droits TV représentaient 51 % de leurs recettes. Et cette part est supérieure pour les clubs les moins riches.

Les chaînes, elles, mettent en avant leur logique économique.« Dans la période de marasme que nous vivons, nous opérons des réductions drastiques de coûts. Les programmes doivent être couverts par les recettes publicitaires »,expliquait Étienne Mougeotte, vice-président de TF1, mardi 1er octobre, lors du Salon du sport et de la télévision (Sportel), à Monaco.« Oui, la bulle a explosé »,poursuit Bruno Poulain, directeur adjoint du service des sports de Canal +, qui dirigera la nouvelle chaîne Sport + lancée par Canal + le 18 octobre.« Mais les droits ne vont pas être divisés par dix. Nous sommes plutôt dans une phase de stabilisation. »

Excès sous surveillance

Mais à l'approche du coup d'envoi du match, l'unité de façade est de moins en moins de mise. Car le championnat de France est un enjeu stratégique essentiel, aussi bien pour Canal+ que pour TPS.« Nous devons nous concentrer sur ce qui est majeur, à savoir le Championnat de Ligue 1 »,annonçait récemment Xavier Couture, le président de Canal +, dansLes Échos.Un raisonnement partagé à mots couverts par Étienne Mougeotte en ce qui concerne TPS. De quoi rassurer la LFP, qui comptera par ailleurs sur un nouveau candidat, M6, dont le rêve est d'entrer dans la famille des diffuseurs du foot.

La guerre des droits que se livrent Canal + et TPS n'arrange pas tout le monde. L'Équipe TV en est réduite à compter les points.« En payant plus cher, les diffuseurs risquent de demander aussi plus d'exclusivités importantes sur le terrain »,craint Jean Hornain, directeur général de la chaîne du groupe Amaury. Cela entraîne des phénomènes de crispation. Et des journalistes bannis des salles d'interviews ou des séances d'entraînement. L'arbitre enfin, le CSA, veut aussi avoir son mot à dire. Selon l'instance de régulation attachée à la notion de pluralisme, l'argent dépensé par les chaînes dans le football l'est au détriment d'autres sports ou d'autres programmes.« Mais les conditions ont changé par rapport à 1999,tente de rassurer Philippe Levrier, membre du CSA.On surveillera les excès. J'estime que la sagesse va prévaloir. »En attendant la première manche, le CSA va auditionner Frédéric Thiriez, le président de la LFP, et les représentants des chaînes de télévision. Histoire de leur rappeler les règles du fair-play.

Envoyer par mail un article

Droits TV : duel dans le foot

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.