Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Audiovisuel

TNT : le rapport de la dernière chance

25/10/2002

Le conseiller d'État Michel Boyon engage le gouvernement à poursuivre le projet de télévision numérique terrestre (TNT). Mais son lancement effectif est repoussé à fin 2004 et France Télévisions doit revoir sa copie.

La télévision numérique terrestre ne sera pas enterrée... du moins pas dans l'immédiat. Remis le 18 octobre au Premier ministre, le rapport du conseiller d'État Michel Boyon suggère qu'il faut« donner sa chance »à la TNT. Une formule reprise au mot près par le gouvernement qui a fait siennes, le 21 octobre, les conclusions dudit rapport.« On y va avec conviction »,a lâché sur RTL Jean-Jacques Aillagon, le ministre de la Culture et de la Communication. Écartant une refonte globale du projet ou même son arrêt pur et simple, comme cela avait été évoqué, il a néanmoins fustigé« l'attitude totalement irresponsable de [ses] prédécesseurs »,qui affirmaient que la TNT pourrait démarrer dès 2003. Comme le prévoit le rapport Boyon, la date de lancement officiel est désormais fixée au mois de décembre 2004. Au plus tôt.

Viabilité économique difficile à prévoir

Le gouvernement pouvait-il agir autrement ? Comme le note Michel Boyon, les pouvoirs publics peuvent difficilement« porter un jugement a priori sur une évolution technologique ».À terme, chacun sait que la diffusion numérique est appelée à remplacer la télévision analogique. Pour autant, le rapport ne se prive pas de pointer les lacunes du texte fondateur de la TNT, établi par la loi d'août 2000, et estime que la réussite de cette nouvelle technologie dépend largement de l'initiative privée. Or, TF1 et M6 sont pour l'heure farouchement hostiles au projet.

L'État entend néanmoins« donner un signal fort »de son engagement en préfinançant, à hauteur de 32 millions d'euros, le réaménagement des 500 fréquences analogiques prévues dans la première phase du déploiement. Ces fréquences permettront de couvrir 40 % de la population (et de 70 à 75 % en 2008). Quinze millions d'euros seront injectés en ce sens en 2004 et 2005 dans le fonds de réaménagement du spectre que gère l'Agence nationale des fréquences. À charge pour les éditeurs de financer le millier de réaménagements restants, le coût total étant estimé entre 44 et 84 millions d'euros. Quant à la viabilité économique de la TNT, elle reste« très difficile à prévoir et n'a fait l'objet d'aucune étude d'ensemble satisfaisante »,reconnaît Michel Boyon.

Le rapport, repris par le gouvernement, est également sévère envers France Télévisions. Si le maintien des trois canaux préemptés par le groupe public pour la TNT permet à son président, Marc Tessier, de sortir la tête haute, il n'en demeure pas moins que France Télévisions doit revoir sa copie. Après avoir fait travailler pendant deux ans Paul Nahon et Bernard Benyamin sur une chaîne d'information en continu, Marc Tessier doit faire face aux« réserves »que suscite ce projet :« Qu'il y ait une attente telle sur le marché de l'information continue reste à démontrer »,estime Michel Boyon. En fait, il s'agit selon lui de ne pas cannibaliser un projet soutenu par l'Élysée :« La chaîne d'information internationale ne peut pas se faire sans France Télévisions,explique-t-il.Il n'est pas absurde que cette télévision destinée à l'étranger soit aussi visible par les Français sur un canal de la TNT. »

Redéfinir les missions de service public

Quant au projet de chaîne de rediffusion, il n'est« pas l'expression d'une ambition terrible »,estime l'ex-PDG de Radio France. Seules les huit chaînes régionales trouvent grâce à ses yeux - mais à condition de ne pas cannibaliser France 3. En outre, Michel Boyon appelle l'État à redéfinir les missions de service public de la télévision. Traduction du ministère de la Communication :« Le gouvernement entend replacer la réflexion sur les projets de la TNT de France Télévisions dans le cadre d'une perspective plus large sur les objectifs, les missions et le rôle assignés à chacune des chaînes existantes ou à créer. »Michel Boyon, fondateur du Mouv, suggère la création d'une chaîne pour les enfants ou les jeunes.« Nous allons retravailler nos projets,concède-t-on à France Télévisions, où l'on rappelle que le gouvernement précédent avait écarté un projet de chaîne jeunes.Et nous veillerons à ce que nos contrats d'objectifs et de moyens se portent sur les chaînes actuelles plutôt que sur la TNT. »

Envoyer par mail un article

TNT : le rapport de la dernière chance

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.