Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Internet

L'e-pub doit encore convaincre

08/11/2002

Avec 127 millions d'euros bruts de revenus au premier semestre 2002, Internet confirme sa place de cinquième média en France. Mais 97 % des annonceurs ne l'ont pas encore intégré dans leurs plans médias...

On change tout... et on continue. L'Internet Advertising Bureau (IAB), qui fournit chaque année au marché le montant de l'investissement publicitaire sur Internet, a cessé sa collaboration avec Price WaterhouseCoopers et a choisi, avec son partenaire l'e-Syndicat, l'institut d'études TNS Media Intelligence. L'association a du coup modifié, à nouveau, sa méthode de mesure... Après avoir opté pour la publication de résultats bruts de 1997 à 1999, puis préféré une approche en revenu net - c'est-à-dire après remise professionnelle, mais avant commission d'agence comme dans les autres pays -, l'IAB revient à des données brutes.« Nous n'avons pas vocation à nous comparer à l'international, mais aux autres médias,explique Guillaume Buffet, président de l'IAB.Comme tous les médias fournissent des donnés brutes, nous nous adaptons pour permettre à Internet de s'inscrire dans une analyse plurimédia. »Les résultats proviennent des déclarations de 34 régies sur 37 recensées (on en comptait plus de 120 en 2001), ce qui représente 366 sites.

722 annonceurs actifs

Évidemment, avec le retour aux données brutes, les résultats ne peuvent pas être comparés à ceux de l'année dernière. Pour mémoire, rappelons qu'en 2001, l'e-pub était en baisse de 17 % par rapport à 2000 pour des recettes nettes estimées à 153 millions d'euros. Rappelons aussi que le deuxième semestre, en général meilleur que le premier en raison de la période de rentrée et de fêtes, était en 2001 moins bon : 68 millions d'euros nets contre 85 millions d'euros nets. Sur le premier semestre de cette année, l'e-pub s'est élevée à 127 millions d'euros bruts. On peut tabler sur 250 millions pour l'année. Les plus malins sauront user de leur calculette pour essayer d'approcher le montant des négociations...

« Le marché n'a certainement pas progressé mais avec 1,6 % de part de marché, Internet confirme qu'il est le cinquième média, devant le cinéma qui a drainé 77 millions d'euros au premier semestre, et plus très loin des chaînes thématiques qui ont engrangé 190 millions d'euros »,poursuit Guillaume Buffet. L'analyse de TNS Media Intelligence confirme également la concentration du marché : les moteurs de recherche et les fournisseurs d'accès captent à eux seuls deux tiers des investissements publicitaires, au détriment des sites de contenus.« Il est urgent de trouver un moyen pour financer la production de contenus francophones,souligne Guillaume Buffet,car pour un annonceur qui ne cherche pas uniquement à faire du volume, sa communication est plus valorisée dans un environnement de contenus. »

Autre information majeure : sur 27 000 annonceurs plurimédias recensés, Internet compte 722 annonceurs actifs. Il y en a dix fois plus en presse magazine (8 480 annonceurs). Autrement dit, 97 % des annonceurs n'utilisent pas encore Internet dans leurs plans médias, alors que le ticket d'entrée (134 000 euros) est le moins élevé de ces derniers. Les télécoms, l'informatique, le secteur du voyage, du sport et des services dépensent, eux, jusqu'à trois fois plus que la moyenne des annonceurs. En revanche, la grande consommation reste absente.« Parmi les grands annonceurs, plus de 90 % ont au moins un site Internet »,nuance Françoise Renaud, directrice des études de l'Union des annonceurs. Ils connaissent donc ce média, reste à les convaincre de l'utilité de l'e-pub...

Envoyer par mail un article

L'e-pub doit encore convaincre

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies