Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

ENTRETIEN

Jean-Paul Baudecroux : « Il faut encore moderniser la mesure d'audience »

22/11/2002

Jean-Paul Baudecroux, le président du conseil de surveillance de NRJ Group, savoure sa place de leader des radios en audience cumulée. Il veut maintenant aller plus loin et évoque son avenir dans la télévision avec NRJ-TV.

Comment ce nouveau leadership va-t-il se traduire en termes de recettes publicitaires ?

Jean-Paul Baudecroux.C'est d'abord un grand moment de la vie du groupe et de ma vie professionnelle. C'est le résultat de vingt ans de combats et d'efforts incessants, et pas une histoire d'argent. Il y a là quelque chose de moral. Quand on tente d'être les meilleurs, d'être novateurs, et que cela paie, c'est très réconfortant. Les radios généralistes n'avaient pas cru à la FM. Aujourd'hui, elles ne croient pas au local. Et nous sommes les seuls à tirer le marché local. C'est l'une des clés de notre réussite.

Existe-t-il une prime au leader ?

J.-P.B.Oui, d'où cette bataille depuis plusieurs mois. Mais elle est difficile à évaluer. J'ai essayé de le faire au moment de la négociation des objectifs commerciaux pour les prochains exercices. Je pense que cela devrait provoquer l'arrivée d'annonceurs qui ne juraient que par RTL. Ils vont se rendre compte que les Français écoutent de plus en plus les radios musicales.

Pourquoi l'audience cumulée serait-elle un meilleur critère que la part d'audience ?

J.-P.B.Il a toujours été utilisé, à commencer par RTL. Aujourd'hui, cette radio découvre que ce n'est plus le bon. C'est quand même le nombre d'auditeurs qui détermine le succès d'une radio. Je m'étonne du fait que l'on veuille changer l'indicateur juste au moment où le leader n'est plus celui auquel on était habitué. L'un de mes combats est de rendre la mesure d'audience plus moderne et comparable à ce qui existe dans d'autres pays.

En termes d'âge ?

J.-P. B.Oui. Il a fallu faire une pression juridique énorme sur Médiamétrie pour obtenir la mesure d'audience à partir de 13ans. Deux études pour déterminer l'âge d'une personne ayant une audience autonome ont donné le même résultat : 11ans. Nous étions en retard en France. On pénalise le média pour préserver des intérêts particuliers. Je pense que 11, ou 12ans, serait plus proche de ce qui existe ailleurs. C'est le combat à mener pour les prochaines années. Comme celui concernant l'audience lundi-dimanche, et non lundi-vendredi, et celui sur la mesure durant l'été.

On dit que vous êtes toujours en avance d'une loi... Quelle est la prochaine ?

J.-P.B.Je préférerais que les lois soient en avance sur la société. Depuis plusieurs années, nous vivons avec une réglementation surréaliste. Par exemple, nous pourrions créer une centaine d'emplois dans les trois mois si nous étions autorisés à diffuser des programmes locaux là où nos stations émettent en passif. Mais c'est interdit. Et il n'y a aucune logique. Pourquoi pouvons-nous réaliser un programme local à Brest et pas au Havre ? C'est arbitraire.

Où en est la plainte que vous avez déposée à l'encontre de Médiamétrie et RTL ?

J.-P.B.C'est une plainte au pénal. Elle est en cours d'instruction. Je note qu'après cette procédure, Médiamétrie nous a proposé d'être administrateur. Nous avons refusé. Nous avons déposé plainte pour faire cesser des pratiques d'un autre âge, comme l'interdiction de communiquer sur les 11ans et plus.

Maurad, votre animateur, sera bientôt sur Canal +. Cela vous réjouit-il ?

J.-P.B.Oui et non. S'il est bon en télévision, ce sera positif pour NRJ. S'il est mauvais, non. Personnellement, je trouve que cela arrive un peu prématurément pour lui. Mais c'était une opportunité à saisir.

NRJ-TV a été retenue dans l'offre gratuite de la TNT. Avec e-MCM et M6 Music, n'y aura-t-il pas trop de chaînes musicales ?

J.-P.B.Non, NRJ-TV n'est pas une chaîne musicale, c'est une chaîne généraliste transgénérationnelle. Notre ambition est de réussir le M6 du nouveau millénaire. Nous avions pensé à une chaîne musicale, mais M6 avait déposé M6 Music comme chaîne bonus. À la dernière heure, nous avons donc déposé une chaîne généraliste. Et là, mon ami Nicolas de Tavernost a commis une petite erreur stratégique. Il pensait nous barrer la route. Mais quand on creuse une tombe pour les autres, on finit par tomber soi-même dedans. M6 a désormais un concurrent pour l'avenir.

Êtes-vous satisfait de la proposition du CSA concernant la composition des multiplexes de TNT ?

J.-P.B.Le CSA a évolué dans le bon sens sous la présidence de Dominique Baudis. Pour la TNT, il a eu la bonne idée de proposer une offre gratuite forte face à l'offre payante. Mais sa proposition [qui intégrerait NRJ-TV dans un multiplexe dominé par TF1] n'est pas un choix judicieux. Je pense qu'il faut regrouper les nouveaux entrants gratuits sur un même multiplexe. Cela permettra à six nouvelles chaînes gratuites de démarrer en même temps sur une ville et de faire campagne ensemble. Et puis, on ne tient pas à y aller avec TF1, qui a toujours dit qu'il y allait en traînant des pieds.

Envoyer par mail un article

Jean-Paul Baudecroux : « Il faut encore moderniser la mesure d'audience »

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.