Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

AUDIOVISUEL

France Télévisions : la grève fragilise son PDG

29/11/2002

Jean-Marie Cavada plus fort que Marc Tessier ? Si le PDG de Radio France a réussi à enrayer en quelques jours la grève qui paralysait ses antennes, son homologue de France Télévisions peinait encore à sortir du conflit en début de semaine. Entamé le 13 novembre, le mouvement a pris fin le 22 novembre sur France 2, après des garanties jugées suffisantes sur les salaires (1), mais n'était toujours pas terminé, lundi 25 novembre, à France 3.

« Les propositions en matière de salaires, d'activité et d'emploi étaient tellement insignifiantes qu'elles ne pouvaient aboutir qu'à un blocage »,déplorait l'intersyndicale. Plus que les salaires, c'est l'externalisation de la production qui est au coeur du conflit. Comme en 1996, au moment du scandale des animateurs-producteurs, le recours à des sociétés extérieures est jugé abusif par les salariés, qui pointent le coût de ces productions : 170 000 euros pour chaque numéro deÇa se discute,122 000 euros pourOn ne peut pas plaire à tout le monde...Afin de calmer le jeu, la direction de France 3 s'est engagée à rapatrier en interne, dans sa station de Lyon, la production deQuestions pour un champion.

Accusé de se dérober

Reste à chiffrer les incidences de la grève sur les recettes publicitaires.« Pour France 2, il y aura peu de conséquences, car très peu d'écrans ont été supprimés »,estime Bruno Belliat, le directeur des études et de la communication de France Télévisions Publicité. L'impact risque d'être plus important sur France 3, qui« voit ses annonceurs déserter la chaîne »,affirment les syndicats. Bruno Belliat tempère :« Cela bouge davantage, en raison de la suppression de la plupart des tranches d'information. »En déléguant pendant plus de dix jours à ses directeurs généraux - Christopher Baldelli pour France 2 et Rémy Pflimlin pour France 3 - le soin de négocier avec les syndicats, Marc Tessier sort donc fragilisé du conflit. Il est accusé de se dérober... tout en étant dans le collimateur du ministre de la Culture et de la Communication, Jean-Jacques Aillagon.

(1) Une bonification d'ancienneté pour les personnels techniques et administratifs et une prime pour les cent salariés les moins payés.

Envoyer par mail un article

France Télévisions : la grève fragilise son PDG

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.