Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

PRESSE

Incertitudes autour d'Excelsior Publications

13/12/2002

Le groupe de presse pourrait prochainement changer de propriétaire. Rizzoli est donné comme favori.

Paul Dupuy sera-t-il le dernier maillon de la chaîne familiale à présider aux destinées d'un groupe vieux de quatre générations ? À la suite de la volonté de l'une de ses soeurs, Marie-Hélène d'Encausse, de vendre sa participation (20 %), le patron d'Excelsior Publications a d'abord proposé une part minoritaire du capital à des groupes comme Emap, Axel Springer et Prisma Presse. Devant le refus des intéressés, il a alors envisagé la cession de la majorité ou même de la totalité de son groupe, valorisé à 150 millions d'euros. Selon la pige Presse Première de TNS Media Intelligence, Excelsior détient près de 7 % du marché publicitaire de la presse féminine en volume avecBiba,Vingt AnsetVital, 19,6 % de la presse masculine avecMaxet 7,8 % de la presse culturelle avecScience&Vie. Son chiffre d'affaires avoisine les 100 millions d'euros mais sa rentabilité globale serait faible.

Certains des groupes approchés ont estimé que le prix demandé ne prenait pas en compte la dégradation de la conjoncture économique. De plus, Excelsior est lié à la régie Interdeco, filiale d'Hachette Filipacchi Médias, par des contrats qui ne peuvent être dénoncés à court terme. Tour à tour, Emap, Axel Springer ou Prisma - à la suite d'un veto de sa maison mère, Gruner + Jahr -, ont donc décliné l'offre.

Liens d'affaires

En début de semaine, Rizzoli-Corriere della Sera semblait le plus avancé dans les discussions. L'éditeur italien, propriétaire en France de Flammarion, entretient depuis longtemps des liens d'affaires avec Excelsior via l'édition française deMax, racheté en 1998 à Rizzoli par Paul Dupuy. Aujourd'hui, le groupe présidé par Cesare Romiti ne cache pas sa volonté de reprendre son offensive en France. Acceptera-t-il de verser les 150 millions d'euros demandés ou exigera-t-il, comme les autres groupes consultés, une révision du prix à la baisse ? Dans ce cas, les candidats déçus, comme Emap, pourraient revenir à la charge.« Je ne suis pas pressé »,nous a confié Paul Dupuy.

Envoyer par mail un article

Incertitudes autour d'Excelsior Publications

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.