Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

CINÉMA

Le rapport Leclerc met les chaînes à contribution

14/02/2003

Comment pérenniser le financement du cinéma français ? Dans le rapport qu'il a remis début février au ministre de la Culture, le conseiller d'État Jean-Pierre Leclerc propose une trentaine de solutions, dont la plupart préconisent une contribution renforcée des chaînes de télévision. Il suggère ainsi d'obliger les chaînes« à répartir leurs investissements sur un nombre de films qui ne soit pas inférieur à un minimum fixé »dans leur convention ou leur cahier des charges. Il prévoit aussi d'exclure du bénéfice du compte de soutien du Centre national de la cinématographie (CNC) les chaînes qui sont coproductrices, à l'exception des chaînes cinéma et d'Arte. Selon lui, ceci permettrait de réorienter une partie des sommes, environ 10 millions d'euros par an, vers les autres producteurs. Cette mesure, concède le rapporteur,« affecterait les chaînes du service public », qui réalisent plus du tiers de leurs investissements sous forme de coproductions.

En outre, le rapport propose« d'inclure l'intégralité des ressources de parrainage dans l'assiette des contributions dues par les chaînes ». En 2001, rappelle-t-il, les ressources de diversification (produits dérivés) ont représenté 42 % du chiffre d'affaires publicitaire de TF1 et 53 % de celui de M6.« Elles se développent plus vite que les recettes publicitaires classiques »,constate-t-il. Jean-Pierre Leclerc soutient que cela permettrait de dégager 8 millions de recettes supplémentaires par an.

Évolution défavorable

Enfin, le rapport Leclerc constate que« la contribution de Canal + a tendance à diminuer en raison du tassement de son portefeuille d'abonnés ». Une« évolution défavorable »qui, ajoutée aux incertitudes du marché publicitaire, menace le financement du cinéma. Car toutes ces mesures se fondent sur l'hypothèse d'un paysage audiovisuel stable. Autrement dit, sans détérioration importante de la situation de Canal + et sans fusion Canal +/TPS.

Envoyer par mail un article

Le rapport Leclerc met les chaînes à contribution

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.