Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Radio

Elles ont tout des grandes

28/03/2003

Les radios régionales indépendantes réclament plus de fréquences et moins de publicité locale pour les réseaux nationaux. Enquête sur des stations qui s'inspirent des méthodes de leurs aînées.

Les radios régionales indépendantesont encore en colère contre le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). Le 6 mars, ce dernier a publié le résultat d'un appel à candidatures pour la région Champagne-Ardenne : sur les dix-huit fréquences attribuées, les indépendantes, radios de catégorie B, n'en ont décroché que quatre, contre onze pour les réseaux nationaux.« Un choix ridicule »,commente-t-on à Orléans (Vibration), dans le Nord (Contact), en Vendée (Alouette), à Lyon (Scoop) ou encore à Rennes et Nantes (Hit West), où l'on s'estime lésé. Soupir de découragement à la tour Mirabeau, siège du CSA :« Ils se plaignent continuellement, ils sont assommants. »Les stations régionales indépendantes sont en effet connues pour faire entendre haut et fort leurs revendications. Leurs cibles privilégiées : les réseaux nationaux contrôlés par les opérateurs privés, NRJ en tête.

Une force de lobbying

Nées pour la plupart au début des années quatre-vingt dans la mouvance des « radios libres », elles ont eu, depuis, l'intelligence de se rassembler. D'abord, pour créer une force de lobbying, le Syndicat interprofessionnel des radios et télévisions indépendantes (Sirti). Ensuite, pour monter une offre publicitaire commune, le Groupement d'intérêt économique Les Indépendants (1), commercialisé par Lagardère Active Publicité. Selon la dernière enquête Médiamétrie 75000 + de novembre-décembre 2002, elles touchent chaque jour 5 573 000 auditeurs. Ce qui les place, avec une part d'audience de 8,3 % sur la cible des 13ans et plus, devant NRJ (7,2 %). Des chiffres qui commencent à agacer les grands de la FM, d'autant que le produit fonctionne à merveille sur le plan commercial. L'an passé, son chiffre d'affaires a atteint 110 millions d'euros brut, selon la pige TNS Media Intelligence, en progression de 35 % par rapport à 2001, derrière NRJ (353 millions d'euros), Nostalgie (170 millions), Chérie FM (141 millions) et Europe2 (126 millions). Des montants forcément engrangés au détriment des réseaux musicaux nationaux.

« Ils sont toujours en train de nous agresser »,se plaint Marc Pallain, le directeur délégué de NRJ Group, qui fustige leurs revendications, notamment en termes de fréquences :« Ce rassemblement de radios hétéroclites est devenu plus important qu'un groupe national en termes de couverture. »Effectivement, sur le critère de la population desservie, et selon un comptage interne des Indépendants, les 80 stations du couplage permettraient de toucher près de 140 millions de personnes, quand NRJ, avec ses quatre radios, en affiche 134 millions, Lagardère 124 millions et RTL Group 119 millions.« Mais ce n'est pas comparable,tempête Jean-Éric Valli, le président des Indépendants.Nous ne sommes pas un groupe et ne fonctionnons pas comme tel. Sinon, nous négocierions autrement avec le CSA. »En revanche, la question du parc d'émetteurs ne souffre pas la comparaison : les Indépendants en possèdent environ 360, contre plus de 460 pour RTL Group, 540 pour Lagardère et... 630 pour NRJ. «Nous demandons simplement au CSA qu'il applique la loi,commente Jean-Éric Valli.C'est-à-dire qu'il veille au juste équilibre entre les réseaux nationaux et les services locaux, régionaux et thématiques indépendants. »

Taille critique

Encore faut-il que les radios régionales ne soient pas des clones des réseaux musicaux nationaux.« Leur raison d'être, c'est d'être locales ou régionales, afin de respecter une cohérence géographique de proximité,indique Jacqueline de Guillenchmidt, conseillère au CSA en charge de la radio.Elles ne doivent pas devenir des réseaux nationaux, car cela risquerait de tuer la diversité. »Les Indépendants se défendent en faisant valoir la diversité de leurs formats musicaux (80 % de leurs titres programmés sont des exclusivités, selon Yacast) et des raisons plus économiques.« Il n'y a aucune raison de laisser s'étendre les réseaux régionaux,affirme Bertrand de Villiers, le président d'Alouette FM.Mais nous sommes des entrepreneurs, et nous avons besoin d'une taille critique pour vivre. » « Je ne suis expansionniste que sur ma région, en Rhône-Alpes,renchérit Daniel Perez, le président de Scoop.Mais pour faire un programme professionnel qui plaise aux auditeurs, il faut des moyens. »

Outre les fréquences, les Indépendants réclament un accès privilégié à la publicité locale. Cette manne représente actuellement environ la moitié de leurs recettes.« Nous sommes commercialement lésés face aux réseaux,estime Didier Rigot, le président de Contact.Dans certaines villes, nous vendons une seule station, quand les réseaux nationaux proposent deux à quatre offres différentes. Alors forcément, à structure identique, nos coûts sont plus élevés. »Une solution est proposée : que les groupes nationaux n'aient qu'un unique réseau à commercialiser en local.« C'est un raisonnement de petit boutiquier,rétorque avec condescendance Marc Pallain (NRJ).Il faut au contraire développer l'économie locale. Ce n'est pas parce qu'ils ne peuvent pas s'associer qu'ils doivent nous empêcher de vivre. »

Vers des rapprochements capitalistiques

On le voit, le développement de ces opérateurs régionaux dérange. Et d'autant plus qu'il s'inspire des méthodes des grands groupes pour reprendre discrètement des fréquences. Deux sont particulièrement visés : le Nordiste Didier Rigot avec Contact, et Jean-Éric Valli, qui a constitué un petit groupe, Start, contrôlant Vibration (Orléans), Forum (Poitiers), BlackBox (Bordeaux) et Ado FM (Paris). Récemment, l'organisme financier Natexis est entré à 20 % dans le capital de quatre stations : Vibration, Contact, Scoop et Alouette. Cet apport d'argent frais a permis à ces dernières de créer Fédéri, une société dont l'objectif avoué est d'entrer dans le capital de radios indépendantes désirant « évoluer ». Fédéri a récemment acquis 12 % de Beur FM.« À côté des gros caïmans, il y a aussi les petits sauriens »,disait déjà Philippe Labarde, en 1996, quand il était en charge du dossier radio au CSA.« Pourquoi n'aurions-nous pas le droit de nous organiser entre nous ?,proteste Jean-Éric Valli.Pour être solide face aux gros opérateurs, il faut obtenir une taille critique. »Mal aimés les Indépendants ?« Non,répond Jacqueline de Guillenchmidt.Le CSA aide et régularise des situations chaque fois que cela est possible. Le procès d'intention est injustifié. Et je ne suis pas loin de penser qu'ils cherchent à passer pour des victimes. »Une technique qui n'a pas trop mal réussi à NRJ...

(1) Créé en 1992 à l'initiative de six stations régionales (Vibration, Contact FM, Scoop, Alouette FM, Radio Nantes, devenue Hit West, et RVS, disparue depuis).

Envoyer par mail un article

Elles ont tout des grandes

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.