Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TÉLÉVISION

Difficile entente public-privé pour la CNN à la française

02/05/2003

La chaîne d'information internationale, qui devrait voir le jour à la fin 2004, suscite l'intérêt de France Télévisions, RFI, TF1 et Canal +. Mais un accord public-privé semble introuvable.

Le texte de la consultation officielle du gouvernement sur la « CNN à la française », close le 22 avril, est explicite :« Les synergies possibles avec les sociétés appartenant à l'audiovisuel public et les chaînes d'information privées existantes devront être soigneusement étudiées. »Mais depuis que Patrick Le Lay (TF1) a assené, le 23 avril dernier, qu'une« chaîne dirigée par le Quai d'Orsay et des journalistes de service public, ça fait quand même un peu Ceaucescu »,l'esprit n'est plus à l'entente cordiale entre public et privé. Le PDG de France Télévisions, Marc Tessier, s'est indigné que le patron de TF1 s'attaque« au service public et au projet de chaîne d'information lui-même »,tandis que Jean-Paul Cluzel, PDG de RFI et partenaire de France Télévisions, juge qu'on« ne peut vouloir un accord à 50-50 et traiter l'autre moitié de cette façon ».Une allusion au dossier présenté par TF1, qui repose à 60-70 % sur les programmes de LCI, mais propose la création d'une société mixte privé-public pour exploiter le signal international. Selon Jean-Paul Cluzel,« cela montre bien qu'il faut un leader dans un tel projet »,sachant qu'il est« difficile qu'il y ait deux patrons dans une rédaction ».

Bref, les appels à coopération de Patrick Le Lay ont peu de chances de s'intégrer dans le projet public, qui repose sur une structure propre et une autonomie éditoriale. Selon le texte de la « consultation », qui ne s'est fixé aucun échéancier, le parti pris « service public » est clair : la chaîne, attendue fin 2004, devra« contribuer à une stratégie durable d'influence de la France dans le monde ».

36 millions de foyers au démarrage

Pour séduire le gouvernement, en ces temps d'économies budgétaires, France Télévisions et RFI ont abaissé leurs coûts. Alors qu'on parlait d'un budget de 80 millions d'euros, c'est une enveloppe prévoyant 40 à 50 millions qui a été proposée. Sans compter une dizaine de millions d'apports gracieux via les images de France 2 ou France 3 ou le réseau de correspondants de RFI, lequel prévoit des modalités de « double rémunération ». Pour toucher en priorité, comme le demande l'appel d'offres, le Moyen-Orient, l'Afrique et l'Europe. Avec une population-cible de 36 millions de foyers au démarrage, grâce à huit satellites, une vingtaine de bouquets et des modules en anglais et en arabe.

Reste que l'offre de TF1, qui s'appuie sur l'existant avec, pour principe, qu'il« n'y pas d'économie »pour ce programme, est la mieux-disante financièrement. Comme celle de Canal +, qui mise sur I Télévision, se dit ouverte à des partenaires publics et table, pour la distribution, sur ses sociétés soeurs Media Overseas et Multithématiques. L'audiovisuel public ne peut donc rivaliser budgétairement qu'en réorganisant son pôle audiovisuel extérieur, qui mobilise déjà 100 millions d'euros pour les seuls TV5 et Canal France International.

Envoyer par mail un article

Difficile entente public-privé pour la CNN à la française

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.