Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

LIVRE

L'argent et la presse

13/06/2003

Dans son livreL'argent de la presse française de 1820 à nos jours(1), l'universitaire Patrick Eveno se penche sur ce couple orageux.

La presse quotidienne française, première du monde en 1914, est aujourd'hui en difficulté avec un réel déficit publicitaire par rapport à celle de la plupart des pays étrangers. Comment en est-on arrivé là ?

Patrick Eveno.Les éditeurs n'ont pas su créer une presse populaire durable.France Soir, par exemple, n'a pas su devenir l'équivalent des tabloïds anglais, qui maintiennent des enthousiasmes et des haines fondamentales dans les rapports avec les gens. Par ailleurs, à la Libération, toutes les entreprises de presse rentables ont été supprimées et remplacées par des titres très engagés. Cette vision de la presse purement politique et de commentaire, loin de l'information, a été catastrophique.

Vous mettez aussi en cause le rôle de l'État et le système de distribution...

P. E.Le poids de l'État dans l'économie des quotidiens déresponsabilise en partie les éditeurs et freine leur volonté de conquérir leur lectorat. Il règne toujours cette idée sous-jacente que l'écrit se mérite, alors que le marché exige d'aller chercher le client. Comme la presse quotidienne n'allait pas vers son marché, les magazines ont pris sa place. Il faut ajouter à cela les faiblesses du système de distribution. Mon point de vue d'historien, c'est que les décisions prises il y a trente ou cinquante ans ont détruit le marché. Beaucoup d'occasions ont été perdues.

(1) Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 27 euros.

Envoyer par mail un article

L'argent et la presse

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.