Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TÉLÉVISION

France 3 va caresser la France d'en bas

27/06/2003

Contrariée dans son projet de démultiplication sur la TNT, France 3 renforce dès la rentrée son offre régionale. Pour s'imposer comme une pure chaîne des régions.

France 3 doit s'interroger sur la façon d'améliorer sa capacité à diffuser dans les régions des programmes mieux ancrés dans leur réalité locale »,déclarait, le 2 février dernier auMonde,le ministre de la Culture et de la Communication, Jean-Jacques Aillagon. Message reçu par la chaîne dont le projet de créer huit « mini France 3 » en numérique terrestre est gelé par le report de la TNT. En fait, France3 n'a pas attendu cette invitation pour développer son réseau. Cette année, la chaîne doit consacrer 305 millions d'euros aux régions, soit près d'un tiers de son budget. Sur un total de 20 000 heures diffusées, 12 000 seront des programmes régionaux. Dans les années à venir, France 3 prévoit d'aller plus loin. Rémy Pflimlin, le directeur général de la chaîne, dit viser les« 20 000 heures de programmes régionaux d'ici trois ou quatre ans ».

« Il faut une alchimie entre national et régional qui réponde à un besoin grandissant des Français de trouver des repères dans un environnement européen et mondial »,souligne-t-il. Les premiers changements seront perceptibles à la rentrée. À partir du 15 septembre, le19-20débutera à 18 h 35, avec une demi-heure supplémentaire consacrée aux régions, tandis qu'une case régionale sera lancée le dimanche après-midi.« Nous allons initier encore plus de débats en régions sur des sujets de société, plus interactifs ; plus de magazines et de documentaires ; faire travailler davantage les producteurs régionaux et augmenter le nombre de prises d'antennes exceptionnelles »,poursuit Rémy Pflimlin. Depuis deux ans, les décrochages se sont multipliés autour d'événements comme le G8 d'Evian, le Marathon de Saint-Malo, ou le référendum du 6 juillet en Corse.

Relais de financement

Le plan de France 3 est aussi de donner« plus de fluidité à la gestion du réseau et davantage d'autonomie aux directions régionales ».Celles-ci devront trouver des relais de financement auprès des collectivités locales.« Depuis deux ou trois ans, certaines régions financent en partie des captations de concerts ou des opérations d'envergure »,rappelle Rémy Pflimlin. Par exemple, la région Normandie a apporté 10 % du budget de l'Armada de Rouen. C'est aussi grâce à l'apport des collectivités locales que France3 a ouvert les locales de Pau en mars et de Périgueux en mai. Pour autant,« il n'est pas question de perdre notre indépendance,affirme Rémy Pflimlin.La direction nationale veillera au bon équilibre entre des régions qui n'ont pas toutes les mêmes moyens ».

Reste à savoir de quels moyens disposera France 3. Certes, avec 13 directions et 24 rédactions régionales, 44 rédactions locales et 46 bureaux décentralisés, la chaîne a les moyens de ses ambitions. Mais, au-delà, elle compte sur l'augmentation - voulue par Jean-Jacques Aillagon - de la redevance : cela lui permettrait d'augmenter son budget de 3 à 4 % (soit entre 30 et 40 millions d'euros supplémentaires,« en bonne partie pour les régions »). Reste à convaincre les équipes de la chaîne et éviter que l'inquiétude sur ce projet régional ne se mue pas, comme à l'automne dernier, en mouvement social.

Envoyer par mail un article

France 3 va caresser la France d'en bas

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.