Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

PRESSE

Lyon Mag, mot de Cambronne et beaujolais en délibéré

27/06/2003

La cour d'appel de Lyon a examiné, le 17 juin, la condamnation du mensuel Lyon Mag à payer 350 000 euros aux producteurs de Beaujolais. Verdict le 13 août.

L'affaire qui oppose les producteurs de Beaujolais àLyon Mag,portée le 17 juin devant la cour d'appel de Lyon, avait pour enjeu le terrain juridique : diffamation ou dénigrement de produit ? En janvier 2003,Lyon Magavait été condamné, en première instance par le tribunal de Villefranche-sur-Saône, à payer quelque 350 000 euros de dommages et intérêts à cinquante-six organisations viticoles du Beaujolais, frais d'avocats et insertions publicitaires compris. En cause : la publication, à l'été 2002, d'une interview de François Mauss, président d'un jury européen de dégustateurs professionnels, indiquant que« les viticulteurs du Beaujolais étaient conscients de commercialiser un vin de merde ».

Nuances

Devant la cour d'appel, Jean-Yves Dupeux, avocat deLyon Mag,a estimé que le magazine aurait dû être poursuivi pour diffamation - éventuelle - au titre de la loi de 1881 sur la liberté de la presse, et non pour « dénigrement de produit » prévu par l'article 1382 du Code civil. Une nuance de taille, puisque la première permet d'examiner les faits à la lumière de la liberté d'expression et du droit à la critique. Pour Chantal Pégaz, avocate des producteurs de Beaujolais,« personne n'est cité, il y a donc bien dénigrement fautif de produit ».Et de plaider« la nécessité de se défendre face à la toute puissance de la presse »,tout en indiquant« qu'il ne s'agit pas d'un procès contre la presse mais de demander aux journalistes de respecter les limites de leur métier .»Selon elle, le dénigrement deLyon Magaurait eu pour effet un manque à gagner pour le Beaujolais estimé - sans précision sur la méthode de calcul - à 2 millions d'euros.

Déclaré grand responsable des méventes du Beaujolais,Lyon Magestime qu'il avait publié un dossier sur le sujet justement parce que le Beaujolais avait décidé de retirer de la vente 100 000 hectolitres pour cause de qualité médiocre et de surproduction mondiale. Le magazine y donnait également la parole au président de l'Union interprofessionnelle des vins du Beaujolais, un éclairage « équilibré » souligné par l'avocat deLyon Mag,comme l'expression « vin de merde », couramment utilisée. Regrettant l'absence de débat sur le fond, Philippe Brunet-Lecomte, directeur du magazine, s'interroge :« Comment peut-on augmenter autant la production, faire pisser la vigne et garantir la qualité ? »La question de l'exercice de la critique reste entière pour le journal indépendant, au chiffre d'affaires de 1,9 million d'euros, aujourd'hui menacé par une lourde condamnation malgré ses nombreux soutiens. Le verdict est attendu le 13 août. En plein coeur de l'été.

Envoyer par mail un article

Lyon Mag, mot de Cambronne et beaujolais en délibéré

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W