Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TÉLÉVISION

Les ambitions cathodiques du patron de Mecca-Cola

04/07/2003

Tawfik Mathlouthi veut lancer une chaîne de télévision par satellite. Sa boisson, produit de consommation militant, et une future chaîne de fast-food doivent financer son projet.

Tawfik Mathlouthi, le fondateur du Mecca- Cola, va-t-il réaliser son rêve : lancer une télévision en cinq langues (arabe, français, anglais, espagnol et allemand) à destination de l'Europe et du Moyen-Orient ? Son projet aboutira-t-il, comme il le souhaite, en novembre 2003, date anniversaire du lancement de son soda, un produit engagé dans le soutien à la cause palestinienne dont 20 % des bénéfices sont, assure-t-il, reversés à des associations caritatives ? À quarante-sept ans, ce Français d'origine tunisienne, conseiller juridique pour plusieurs entreprises, militant actif en faveur de la Palestine, se dit déterminé. Voilà plus de quatre ans qu'il songe au contenu de Télé-Liberté, une chaîne mêlant informations, débats et opinions politiques.« Je ne suis ni de gauche ni de droite,explique-t-il.Mon objectif est de développer la conscience politique des Européens d'origine étrangère. Il faut arrêter de se comporter en consommateur et en citoyen assisté pour s'impliquer davantage dans la vie de la cité. »Tawfik Mathlouthi souhaite également libérer les pays arabes des dictatures, soutenir les minorités... Des engagements qu'il ne retrouve pas dans une chaîne d'État comme Al Jazira.

Dans l'optique de démarrer ses émissions, il a acquis, lors d'une vente aux enchères, le matériel de studio d'une chaîne, en dépôt de bilan, spécialisée dans les petites annonces.« Je l'ai payé une bouchée de pain, 30 490 euros »,confie-t-il. Les statuts de Télé-Liberté ont été déposés à Londres.« J'ai fait réaliser une étude sur l'ensemble des législations européennes en matière de presse et de médias,explique Tawfik Mathlouthi.L'Angleterre reste le pays le plus libre. En France, le Conseil supérieur de l'audiovisuel n'est pas impartial et les lobbies sionistes sont très actifs. »Les « sages » de la tour Mirabeau apprécieront...

7 000 articles de presse

Reste à trouver 15 millions d'euros. De quoi financer, entre autres, la location d'un canal de diffusion par satellite. Pour réunir la somme, Tawfik Mathlouthi compte sur ses qualités d'homme d'affaires.« Je suis un électron libre et j'entends le rester,affirme-t-il.Je ne veux dépendre ni de la publicité, ni d'un parti, ni d'un État, ni d'une idéologie. »Son expérience de Radio Méditerranée, une station créée en 1987 dont il est toujours le propriétaire, l'a échaudé.« Au lancement, elle réalisait 910 000 euros de chiffre d'affaires,raconte-t-il.Mais dès que sa ligne s'est affirmée, avec des prises de position en faveur de la cause palestinienne ou des reportages sur les prisonniers politiques en Tunisie, la publicité s'est tarie. Le chiffre d'affaires est aujourd'hui de 180 000 euros. Nous vivotons avec des annonces de bouchers et de voyantes. Tout mon salaire de conseiller juridique y passe. »

Pour garantir son indépendance, il mise sur le business. À commencer par Mecca-Cola. La boisson, qui se veut une alternative à Coca et Pepsi, symboles de l'impérialisme américain, a été conçue, dès l'origine, comme une source de financement de Télé-Liberté. Après sept mois de commercialisation et malgré le refus des grands distributeurs français de la référencer, ce soda a fait mouche (lire l'encadré). Il faut dire que Mecca-Cola a bénéficié de plus de sept mille articles de presse, compensant l'absence de communication publicitaire. Télé-Liberté devrait profiter d'un autre projet de Tawfik Mathlouthi : une chaîne de fast-food, à partir de restaurants franchisés. Son nom ? HFC, pour Hallal Fried Chicken. Deux ouvertures sont prévues d'ici à fin 2003, à Paris et Dubaï.« Ce projet a été retardé par une procédure judiciaire,explique Tawfik Mathlouthi.Kentucky Fried Chicken, jugeant le nom de HFC trop proche du sien, nous a attaqués. Mais nous avons gagné.

Envoyer par mail un article

Les ambitions cathodiques du patron de Mecca-Cola

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.