Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Déontologie

Un cinquième pouvoir contre les médias

30/10/2003

La création de l'Observatoire français des médias marque l'émergence d'un contre-pouvoir face au « quatrième pouvoir ». Des rapports sur les « dérapages médiatiques » sont attendus fin 2004.

Pour observer les médias, équipez-vous d'un bloc-notes, d'un magnétophone, d'un ordinateur et d'un magnétoscope... »Jeudi 16 octobre, l'association Action-Critique-Médias (Acrimed), animée par l'universitaire bourdieusien Henri Maler, a réuni une soixantaine de personnes dans le Xe arrondissement de Paris. Au sommaire : « Observer les médias. Pourquoi ? Comment ? » Plus qu'une réunion, un véritable cours d'instruction civique en chose médiatique.« Il faut retourner contre le journaliste la pratique du journaliste,explique Henri Maler,en donnant à voir ce qui est visible. »Autrement dit, identifier ce qui, dans le flux d'informations quotidien, met au jour les« connexions des journalistes avec des hommes politiques ou des publicitaires » ;ce qui, sous couvert d'analyse ou d'expertise, révèle« une propagande ou une imposture ».Des exemples ? Parler des« alliés »pour la coalition américano-britannique en Irak ou éviter de parler de« mur »en Israël. Des noms ? Gérard Dupuy(Libération),Denis Jeambar(L'Express), Robert Namias (TF1), Arlette Chabot (France2), Dominique Bromberger (France Inter), Edwy Plenel(Le Monde).Pour Henri Maler, il ne faut pas hésiter à mettre en cause des personnes dès lors qu'il s'agit de« tenanciers de médias ».La réunion publique d'Acrimed fait écho à la création, en septembre 2003, de l'Observatoire français des médias (OFM). Présidée par Armand Mattelart, professeur à Paris VIII, cette organisation, qui réunit des journalistes, des chercheurs et des« usagers des médias »,a reçu en quelques semaines trois mille adhésions.« Nous allons pouvoir faire masse,explique Armand Mattelart.Notre idée est de monter des campagnes et de lever le voile sur des zones de silence ou de demi-silence. »Dès 2004, des rapports détaillés seront présentés en conférence de presse. Un plan d'action sera adopté le 6 novembre prochain. L'OFM ne cache pas ses priorités : l'information financière, les vérités scientifiques, les OGM... sans oublier les retraites. Selon Ignacio Ramonet, directeur duMonde diplomatique,l'OFM marque l'émergence d'un« cinquième pouvoir » :une sorte de contre-pouvoir« citoyen »au quatrième pouvoir.« Le bon fonctionnement démocratique,explique-t-il,c'est quand la puissance d'un pouvoir est pondérée par un contre-pouvoir. Or ce qui saute aux yeux aujourd'hui, c'est que le pouvoir médiatique est solitaire. »Président de l'Observatoire international des médias, dont dépend l'OFM, Ignacio Ramonet est à l'origine de la création de cet instrument mondial de lutte contre« les dérapages médiatiques »lors du Forum social de Porto Alegre, en 2002.« Il nous est apparu qu'il fallait passer à l'offensive et critiquer le mauvais fonctionnement des médias dans la démocratie »,rappelle-t-il. Selon lui, les médiateurs et les associations de défense de la liberté de la presse ne suffisent pas. Les médias sont mobilisés par la défense de leurs intérêts au détriment de l'intérêt général. En témoignent leur« fascination pour leur propre réussite, avec le journalisme de coups et d'affaires »et leur« volonté d'installer la suprématie de leur pouvoir en n'hésitant pas à abattre les institutions ».

Écologie de l'information

Ignacio Ramonet appelle donc à une« écologie de l'information ».Il fustige la surproductivité dont témoignent des centaines de médias audiovisuels et en parallèle, comme pour les OGM, une détérioration de la consommation médiatique. À la logique purement économique des grands médias, qui vise à bâtir des architectures de groupe (Time Warner, Vivendi Universal, etc.), il veut opposer un regard critique sur les conditions de production du discours médiatique. Exemple :« Comment les médias de Lagardère traitent-ils la fin de VUP ? ».En d'autres termes, l'Observatoire entreprend de contrecarrer le caractère intouchable des médias et le jeu des connivences,« comme on l'a vu avec le livre de Péan dontLe Figaron'a pas parlé ».Au fait, qu'en sera-t-il duMonde,actionnaire duMonde diplomatique ?« C'est à l'Observatoire français de décider,répond Ignacio Ramonet.Mais je ne crois pas queLe Mondesoit ce qu'il y a de plus nuisible dans notre champ médiatique. »

Envoyer par mail un article

Un cinquième pouvoir contre les médias

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.