Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Télévision

La loterie de la numérotation

06/11/2003

Classer les chaînes sur le câble et le satellite est un exercice délicat. Là où les opérateurs parlent de « nécessaire organisation de l'offre », les éditeurs voient un prétexte à la distribution de bons et de mauvais points...

Le 4 novembre, CanalSatellite a mis en place son nouveau plan de service, à savoir l'ordre d'apparition des chaînes. Pour le bouquet filiale de Canal +, il s'agit de la quatrième réorganisation en deux ans et demi. Trier, ranger, organiser : rien que de bien normal face à l'explosion de l'offre. Mais l'exercice, commun à tous les opérateurs du câble et du satellite, n'est pas une sinécure. À chaque changement, c'est le tollé. Les téléspectateurs, désorientés, se plaignent de ne plus s'y retrouver. Les chaînes, elles, dénoncent la toute-puissance des opérateurs, accusés de régner sur leur destinée.

Déclassements et inversions

De nombreuses chaînes montent régulièrement au créneau, comme La Cinquième. Début 2001, en une nuit, elle a été reléguée du canal 5 au canal 23 de TPS. Jean-Pierre Cottet, son directeur général, avait alors dénoncé la brutalité de la manoeuvre.« Une chaîne est regardée en fonction de sa qualité et non de sa place dans le plan de service »,rétorquait Jacques Espinasse, PDG du bouquet à cette époque. TPS, qui n'a pas changé de numérotation depuis l'été 2002, n'est pas revenu sur sa décision. Et Jean-Pierre Cottet réclame toujours une position qu'il juge plus conforme à la personnalité de sa chaîne. France 5 est mieux traitée sur CanalSat qui, en février 2003, l'a fait monter du canal 80 au canal 9. Plus discrète avait été l'inversion survenue en novembre 2002, toujours sur CanalSat, après le changement de management de Sport+ : devenue 100 % Canal+, la chaîne sportive passait sur le canal 50, juste avant Eurosport.

Autre cas typique : TV Breizh. En trois ans d'existence, la chaîne bretonne a changé six fois de canal sur CanalSat. En février 2003, elle est passée du canal 29 au canal 87, provoquant la fureur de son président, Patrick Le Lay, le PDG de TF1, actionnaire de TPS. Dans la nouvelle numérotation de CanalSat, la chaîne devait être classée au canal 141, aux côtés de KTO et Beur TV, avant d'être finalement rapatriée sur le canal 29 :« Symbolique et mnémotechnique, il correspond au département du Finistère »,rappelle Martine Bogé, chargée des relations extérieures de la chaîne. Sur TPS, TV Breizh occupe le canal 22, numéro des Côtes d'Armor.« Lorsque le sujet est aussi sensible, Patrick Le Lay et Isabelle Parize[PDG de CanalSatellite]négocient directement »,confie Martine Bogé. Plus heureuse, la chaîne 13ème Rue campe invariablement sur le canal 13 de CanalSat :« Nous sommes des privilégiés »,admet Sébastien Meyssan, chargé des relations extérieures de la chaîne, qui organise toute sa communication autour du chiffre 13.

Dessous de table ?

Favoritisme, guerre des chefs, voire dessous de table pour s'assurer les faveurs des opérateurs ? Une légende, selon ces derniers.« On ne peut pas se permettre d'être arbitraire. Mais il n'y a pas de négociation, encore moins en sous-main,assure Emmanuelle Guilbart, la directrice des programmes de CanalSat.La numérotation a une seule utilité : aider l'abonné à s'y retrouver. »Les chaînes sont organisées par blocs thématiques, explique-t-elle. Dans certains cas, comme Ma Planète, lancée début novembre, CanalSat et MultiThématiques étaient d'accord pour ranger la chaîne dans la catégorie Jeunesse plutôt qu'en Découverte. Les blocs ? Ils commencent aux chiffres ronds : 30 pour l'information, 60 pour le sport, 80 pour la jeunesse, etc.

«Tous les médias rêvent d'avoir un numéro de canal unique, identifiable quel que soit le support. La question dépasse la télévision. Comme le montre le débat sur la fréquence unique en radio »,explique Thierry Cammas, directeur général du groupe MCM. L'important est que l'abonné puisse« associer un numéro et une chaîne »,même si« la numérotation ne suffira jamais à résoudre le problème de l'audience ».

Pourtant, la plupart des éditeurs de chaînes estiment qu'une bonne position dans la numérotation est un gage de visibilité, et donc d'audience. Figurer dans la mosaïque de CanalSat (canal 1), qui compte une trentaine de chaînes, est considéré par nombre d'entre eux comme un privilège.« C'est donner beaucoup d'importance à cette pauvre numérotation,tempère Emmanuelle Guilbart.Aucune étude ne permet de démontrer que déplacer une chaîne a des répercussions sur son audience. C'est du pur ressenti de la part des éditeurs. »Dialogue de sourds avec les éditeurs ? À en croire les opérateurs, les relations s'apaisent.« Nous travaillons énormément pour leur expliquer notre démarche »,affirme Emmanuelle Guilbart.

Envoyer par mail un article

La loterie de la numérotation

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies