Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Télévision

France Télévisions bichonne ses téléspectateurs

11/12/2003

Le groupe de télévisions publiques crée un baromètre de la qualité des programmes, qui répond aux exigences de l'État-actionnaire.

Le 8 décembre, Marc Tessier, le président de France Télévisions, s'est invité àC dans l'air, sur France 5, pour expliquer aux téléspectateurs l'usage qu'il faisait du milliard et demi d'euros annuel qu'il recevait au titre de la redevance (lire l'encadré). Outre des vertus pédagogiques pour faire accepter une taxe impopulaire, cette émission annuelle veut démontrer que France Télévisions place aujourd'hui le téléspectateur au centre de son action.

La relation avec les 56 % de Français qui regardent chaque jour France 2, France 3 ou France 5 est au coeur du contrat d'objectif et de moyens signé avec l'État par France Télévisions pour 2001-2005. À l'heure où le gouvernement s'interroge sur le budget de l'audiovisuel public et sur le nombre de canaux qui lui seront alloués sur la future télévision numérique terrestre, il s'agit d'apparaître comme un utilisateur avisé des deniers publics... D'autant que le contrat d'objectifs est en cours de révision. Et qu'une décision de la Commission européenne était attendue le 10 décembre, pour avaliser l'aide publique accordée à France2 et France3, suite à une plainte déposée par TF1 en 1993.

Ce n'est certes pas la première fois que le holding se soucie d'être à l'écoute de ses publics. Après une « charte de l'antenne » qui véhicule les engagements du groupe, un bureau des médiateurs a été créé pour renforcer le dialogue avec les consommateurs (coût : 1 million d'euros). Depuis 2002, France Télévisions veut passer à la vitesse supérieure avec un dispositif de « relation avec les téléspectateurs » épaulé par un centre d'appels extérieur (coût : 2 millions d'euros).« Nous répondons aujourd'hui à la quasi-totalité des coups de téléphone et des e-mails que nous recevons »,a indiqué Marc Tessier le 8 décembre sur France 5. Les questions des téléspectateurs qui ne sont pas « prévisibles et normées » sont orientées vers les services compétents des chaînes.

Mais la principale innovation, qui sera testée dès janvier 2004, est un baromètre qualitatif des programmes, qui n'a d'équivalent qu'à la BBC. Élaboré par la société Novatris, facturé 500 000 euros, ce « qualimat » qui ne porte pas son nom (lequel appartient à Médiamétrie), auscultera quotidiennement la satisfaction des téléspectateurs non seulement de France Télévisions mais des chaînes concurrentes. Un panel de 10 000 personnes connectées à Internet, jugées représentatives de la population française, a été retenu pour remplir un carnet d'écoute quotidien puis pour qualifier, à travers une vingtaine d'adjectifs, les programmes de la semaine classés par genres. Des verbatim sont aussi attendus.

Un instrument d'aide à la décision

« Internet est très adapté pour interroger les gens de façon fréquente sans que cela ne soit trop contraignant »,souligne Jean-Jacques Strauss, directeur du département médias de Novatris. Si 43 % des individus disposent d'une connexion en France, l'institut de sondages affirme disposer d'un « access panel » de 400 000 noms qui lui permet de corriger la sous-représentativité de certaines populations chez les internautes. Le baromètre, qui coûte 20 % moins cher qu'un outil traditionnel de recueil de données, n'est pas « pour le moment » destiné aux publicitaires. Selon Marc Tessier, il s'agit d'un« instrument d'aide à la décision »des directions d'antenne, destiné à« nourrir la réflexion des chaînes »et réservé au conseil d'administration de France Télévisions.« Un instrument complémentaire et non pas concurrent du Médiamat »,précise Jean-Jacques Strauss.

Reste à savoir l'usage qui pourra être fait de cet outil dès son lancement en septembre prochain.« Nous n'allons pas aggraver la pression sur les antennes en ajoutant la pression qualitative à la pression quantitative »,a lâché Jean-Pierre Cottet, directeur général de France5. Les téléspectateurs d'Arte ou de France 5 sont en effet réputés plus exigeants que ceux de TF1. Il semble néanmoins que le baromètre pourra se révéler utile pour légitimer des décisions d'antenne. Interrogé pour savoir ce qu'il ferait si des téléspectateurs l'interpellaient à propos du dérapage récent de Dieudonné sur France 3, Marc Tessier a ainsi répondu :« Nous y regarderions à deux fois avant de le réinviter ».

Envoyer par mail un article

France Télévisions bichonne ses téléspectateurs

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.