Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

STRATÉGIE

Les dossiers chauds de Lagardère en 2004

08/01/2004

2004 devrait être une année de consolidation du périmètre du groupe. Le géant des médias devra finaliser la cession d'Editis et régler les dossiers LV & Co, NMPP et Match TV.

Alors qu'il ne s'attend pas à une mise en vente de Canal + avant 2005, le groupe Lagardère devra cette année se concentrer sur le dossier Editis, dont il doit encore céder 60 % du chiffre d'affaires. LV&Co, les NMPP et une éventuelle alliance avec le groupe TF1 dans la télévision thématique sont aussi au programme.

Editis.

La Commission européenne devait donner le 7 janvier son feu vert définitif à la solution avancée par le groupe pour se mettre en conformité. Reste à trouver un acheteur pour les 60 % d'Editis (ex-VUP), encore à vendre pour 500 à 600 millions d'euros. Arnaud Lagardère attendra sans doute octobre ou novembre pour conclure un accord afin d'amasser le cash issu de la rentrée scolaire de Nathan ou Bordas. Si Media Participations est soutenu par le gouvernement, en tant que « solution de type industriel proche des intérêts français », Rizzoli a l'appui de Bruxelles. Mais Arnaud Lagardère, qui a acheté VUP pour 1,2 milliard d'euros, cherchera surtout à ne pas faire de moins-value.« Je ne vois pas comment je pourrais refuser une offre qui ne viendrait pas d'un industriel, ce serait un acte quasiment pénal »,déclarait-il le 3 décembre. Une vingtaine de dossiers ont été retirés à ce jour. Les intéressés sont des « industriels » (Média Part., Rizzoli, TF1, Wolters Kluwer, Bertelsmann, Pearson), mais aussi des fonds américains (Blackstone), des financiers déjà candidats à l'ex-VUP (Paribas Affaires industrielles, Eurazeo) ou encore les éditions Odile Jacob. Si Lagardère a racheté VUP en se posant contre les fonds, il n'écarte plus une cession au plus offrant. Mais les promesses alléchantes pour avoir l'exclusivité des négociations peuvent aussi se révéler loin de la réalité.

LV&Co.

Le 19 décembre, Lagardère s'est vu refuser par le CSA l'entrée dans LV&Co, l'actionnaire de MFM et de Voltage. Motif : le groupe se serait livré à du portage illicite via les 35 % détenus par Gérard Louvin et aurait donc dépassé le seuil des 150 millions d'habitants imposé aux groupes radiophoniques. Le groupe travaille désormais à une « solution » avec l'instance de régulation.

Les NMPP.

Arnaud Lagardère devra trouver un remplaçant à Ghislain Le Leu qui, début 2005, devrait mettre fin à ses fonctions à la direction générale des NMPP, dont le groupe détient 49 % et est l'opérateur. Un nouveau plan de modernisation prévoit 495suppressions d'emploi, dont 134 à Paris Diffusion Presse. Par ailleurs, à la demande des Messageries lyonnaises de presse, le conseil de la concurrence vient de prononcer des mesures conservatoires pour enjoindre les NMPP, qui ont fait appel, de laisser leur concurrent accéder à son logiciel de gestion de la distribution. Selon nos informations, Arnaud Lagardère a maintenant l'intention de demander, au moins en partie, le rétablissement de la redevance de 12 millions d'euros annuels que lui versaient les NMPP jusqu'en 1999. En cinq ans, c'est 60 millions d'euros de manque à gagner pour le groupe.

Une alliance avec TF1 ?

Après avoir songé un temps s'allier à la Une pour la reprise de Prosieben Sat1 en Allemagne, Arnaud Lagardère ne verrait pas d'un mauvais oeil, semble-t-il, une alliance avec son ami Martin Bouygues et son média TF1. Pour l'heure, celle-ci pourrait prendre corps via un accord dans les chaînes thématiques, TF1 rêvant de fusionner TV Breizh avec Match TV. Malgré les démentis de Jean-Louis Remilleux, président de Match TV (lire en p. 51), Arnaud Lagardère pourrait accepter cette solution. TF1 souhaite aussi mettre la main sur des maisons d'édition pour y décliner ses héros récurrents (Julie Lescaut, Navarro) et profiter de l'ouverture du livre à la publicité TV.

Envoyer par mail un article

Les dossiers chauds de Lagardère en 2004

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.