Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

AUDIOVISUEL

La musique dans le sillon numérique

29/01/2004

Le Midem a donné le coup d'envoi du téléchargement sécurisé et de la vente de droits, notamment dans la téléphonie.

Les très mauvais chiffres annoncés lundi 26 janvier au Midem (1) par l'industrie française du disque (chiffre d'affaires 2003 en baisse de 14,6 %, à 1,1 milliard d'euros) n'empêchent pas un certain nombre d'acteurs du marché d'envisager sereinement l'avenir. Car le numérique est enfin là. Selon Forrester Research, en effet, le chiffre d'affaires généré aux États-Unis par le téléchargement en ligne de musique représentera en 2008 la moitié de celui lié aux ventes de CD, soit 3,6 milliards d'euros, contre 66 millions en 2003 ! L'Europe suit le mouvement. L'institut d'études américain estime que les recettes liées au téléchargement sur le Vieux Continent s'élèveront à 1,3 milliard en 2007, soit environ 13 % du marché global de la musique. Quatre ans après le boom Internet, le Web se paye une cure de jouvence, en partie grâce au succès d'iTunes, le site de téléchargement d'Apple, lancé outre-Atlantique le 28 avril dernier. Sa simplicité d'utilisation et le tarif proposé (99 cents le titre, soit environ 80 centimes d'euros) ont séduit le grand public. Sa sécurisation des fichiers a, elle, rassuré les maisons de disques.« Le premier million de titres a été téléchargé en cinq jours,se félicite Eddy Cue, le vice-président d'Apple.À ce jour, 30 millions de titres ont été achetés. »Et c'est tout aussi facilement que les morceaux de musique se transfèrent sur le lecteur Apple, l'iPod, vendu 550 euros. L'entreprise de Steve Jobs en a écoulé plus de 730 000 pour la seule période de Noël. Ce raz de marée fait sourire Pascal Nègre, le président d'Universal Music France :« C'est sur les lecteurs qu'Apple gagne de l'argent, pas sur la vente de musique »,déclare-t-il. Ce que ne dément pas Eddy Cue. Le site iTunes arrivera cette année en Europe, avec des produits concurrents dans sa roue, comme la nouvelle version - légale - du fameux Napster.

Un clip comme sonnerie

L'eldorado peut aussi venir du téléphone portable. Les nouveaux appareils, hybrides, cumulent téléphonie, appareil photo, agenda électronique et lecteur numérique de musique et de vidéo. À partir de 2005, l'UMTS permettra de télécharger des morceaux entiers en deux ou trois minutes. Déjà, aujourd'hui, les adolescents adorent les sonneries reprenant les airs des hit-parades. Au Japon, NTT DoCoMo, l'inventeur de l'i-mode utilisé en France par Bouygues Telecom, a vendu 1,4 milliard de sonneries de portables l'an passé, soit un chiffre d'affaires de 500 millions d'euros. Demain, c'est Madonna qui, dans un clip téléchargé, vous enjoindra de répondre à un appel.

Enfin, c'est aussi dans la synchronisation que les maisons de disques cherchent le salut. La vente de musique pour la publicité n'est pas une nouveauté. Celle pour les jeux vidéo se développe. À Cannes, Electronics Arts a lancé un appel d'offres pour son prochain jeu, Fifa 2005.« Oubliez votre métier de marchands de galettes de plastique,conseille Josh Bernoff, analyste à Forrester Research.Vous devez maintenant penser à vendre des droits ! »Redoutée hier, la technologie fait maintenant rêver.

Envoyer par mail un article

La musique dans le sillon numérique

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.