Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TÉLÉVISION

Liberty Media raccorde le câble

11/03/2004

Le groupe américain négocie avec Suez la reprise de Noos. Une restructuration du câble va lui permettre d'être incontournable dans l'image.

Et si l'avenir venait du câble ? En panne de croissance depuis l'échec avéré du plan câble de 1982, les câblo-opérateurs sont volontiers jugés exsangues en France avec leurs dettes records, face à la concurrence du satellite et aujourd'hui de l'ADSL, voire demain de la TNT. Et voilà que le développement annoncé de Liberty Media, via sa filiale United Global Com (UGC, détenue à hauteur de 55 %), est susceptible de doper ce secteur en attente d'une profonde restructuration. Depuis le 4 mars, des négociations exclusives ont été engagées par Suez avec le groupe de John Malone pour la cession de Noos sur la base d'une valeur de 624 millions d'euros, soit 7,25fois l'excédent brut d'exploitation attendu pour 2004.

Une surprise pour ce réseau de 1,116 million d'abonnés, au vu de sa difficulté à allécher les gros investisseurs avec une dette de 800 millions d'euros. Mais c'était sans compter sur les efforts déployés par Noos pour rendre ses comptes présentables. D'un excédent brut d'exploitation négatif de 50 millions en 2001 et de 23 millions en 2002, l'opérateur est devenu positif de 60 millions d'euros en 2003. Après la mise en place d'un plan de départs volontaires portant sur 45 % de la masse salariale, l'effectif de Noos est passé de 1 100 personnes à 633 en un an. L'entreprise peut aujourd'hui faire face aux investissements courants sur son réseau et, si elle a stoppé son développement, elle a aussi arrêté de s'endetter.

S'étendre au-delà de la région parisienne

Liberty Media saisit de son côté une chance de consolider ses activités sur le Vieux Continent après le dépôt de bilan d'UPC Europe. Fin 2003, John Malone a en effet dû recapitaliser à grands frais ce réseau européen basé aux Pays-Bas. United Global Com est d'ailleurs le nouveau nom d'UPC Europe, connu en France pour sa filiale de 552 000 clients qui compte une activité téléphonique unique en son genre de 55 800 noms. United Global Com va-t-il pousser à un développement de Noos dans le téléphone par câble ? Une chose est sûre : la fusion avec UPC France est d'actualité.« On ne peut pas parler de rapprochement car nous nous heurterions à des problèmes sociaux »,reconnaît un porte-parole d'UGC.

La stratégie d'UGC est d'atteindre la taille critique sur le marché français. La levée du seuil anticoncentration de 8 millions d'habitants lui permet de voir au-delà de la région parisienne, terre d'ancrage de Noos.« Il y a deux scénarios possibles,explique Jean-Louis Missika, auteur d'une étude sur le câble :soit Liberty Media organise seul l'ensemble de la restructuration du secteur, soit on assiste en outre à un rapprochement entre Numéricâble (VU) et France Télécom Câble. Une forte consolidation est possible car le marché pertinent pour les autorités de la concurrence sera celui du transport de l'image, avec l'ADSL, le satellite et la TNT. »Des fonds d'investissement, comme Axa Private Equity, pourraient aussi en tirer parti.

Envoyer par mail un article

Liberty Media raccorde le câble

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.