Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

magazines

Le filon des quinzomadaires déjà épuisé ?

29/04/2004

TV Grandes Chaînes et Quinze Jours de télé enregistrent des premiers chiffres très inférieurs à ceux de Télé 2 semaines.

Le marché des quinzomadaires entre dans une nouvelle phase. Après la flambée enregistrée par Prisma Presse avec le pionnierTélé 2 semaines(1,865 million d'exemplaires de son dernier numéro vendus), la nouvelle génération de « quinzos » est bien en deçà de ces chiffres records. Le premier numéro deTV Grandes Chaînes, édité lui aussi par Prisma Presse, enregistrerait ainsi des ventes supérieures à 500 000 exemplaires, selon l'éditeur, pour une mise en place initiale de 1,5 million d'exemplaires.

Mais, pour les responsables du groupe de presse, l'essentiel est acquis :TV Grandes Chaînes, quand il est en concurrence avecTélé 2 semaines, ne semble pas faire de l'ombre à son aîné. Les deux titres sont soutenus publicitairement en télévision.« Je table sur 600 000 à 700 000 exemplaires vendus pour le numéro 2 deTV Grandes Chaînes»,annonce Axel Ganz, président de Prisma Presse, qui affirme encore disposer de deux concepts de quinzomadaires de télévision prêts à être lancés. De son côté, le magazineQuinze Jours de télé, mis en kiosques à quelque 800 000exemplaires par la société Ecos dirigée par l'équipe deTélé Leader, revendique pour le moment environ 300 000 ventes.

La concurrence se mobilise

Avec ces deux nouveaux quinzomadaires vendus 50 centimes d'euros, les éditeurs ont dû faire face à la fronde d'une minorité de kiosquiers se plaignant de la faiblesse des marges perçues. Pour un exemplaire vendu deTV Grandes Chaînes, un diffuseur ne touche en effet que 7 ou 8 centimes... tous les quinze jours. Daniel Jubert, l'éditeur deQuinze Jours de télé, a constaté que certains kiosquiers avaient enregistré des ventes proches de zéro, alors que leurs voisins en écoulaient plus de cent.« Un éditeur ne peut plus décider de faire un journal à bas prix,s'emporte-t-il.Ce sont les kiosquiers qui décident, sans égard pour la fréquentation que nous générons dans les kiosques. »Selon Prisma Presse, ce phénomène a touché un nombre réduit de marchands de journaux,« moins de 7 % ».

En tout cas, l'onde de choc des quinzomadaires sur le marché des magazines de programmes de télévision n'en finit pas de se faire ressentir. Principale victime de l'offensive de Prisma Presse, Emap serait sur le point de répliquer avec un lancement. L'éditeur deTélé staret deTélé pocheaurait bouclé la mise au point d'une formule haut de gamme, axée sur le cinéma. De son côté, le quinzomadaire gratuitTéléVisionest diffusé à 205 000 exemplaires depuis le 26 avril dans les boîtes aux lettres parisiennes. Quant aux autres éditeurs, ils commencent aussi à s'adapter : le 24 avril,TV magazine(4,8 millions d'exemplaires) a ainsi élargi sa couverture des programmes aux six jours suivant la semaine de télévision.

Envoyer par mail un article

Le filon des quinzomadaires déjà épuisé ?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.