Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

presse

Les quotidiens britanniques rétrécissent

27/05/2004

Depuis le 17 mai, The Independent n'est plus disponible qu'en format tabloïd. Une rupture dans le clivage formel entre journaux populaires et quotidiens dits « de qualité ».

Etre ou ne pas être un journal « de qualité » au format tabloïd ? Telle est la question qui perturbe la presse quotidienne britannique. Le quotidien de centre gaucheThe Independenta fait son choix le 17 mai, en passant intégralement au demi-format, ou format tabloïd (28,9 x 37,4 cm).

Un choix qui marque aussi la fin d'un clivage culturel vieux de plus de deux cents ans. Jusqu'à présent, le terme « tabloïd » était réservé à la presse populaire, synonyme de journalisme racoleur et plutôt généreux en seins nus. À l'inverse, le « broadsheet », ou grand format, définissait les fameux « quality newspapers », les journaux de qualité. Il faudra s'y faire : il y a maintenant aussi de la qualité dans les petits journaux. C'est tout du moins ce queThe Independenta promis lors du lancement des tout premiers exemplaires de sa version tabloïd, en septembre 2003.

À l'époque, le journal cherche une solution pour redresser ses ventes. En guise de coup d'essai, un mini «Indy» est vendu dans la région de Londres. Par sa taille, il doit séduire les « commuters », ces travailleurs qui utilisent le train et le métro. Le succès est immédiat, notamment auprès des jeunes et des femmes. D'après une étude du National Readership Survey, le titre a progressé de 40,1 % chez les 15-44ans et de 47 % chez les femmes depuis octobre 2003. Le quotidien étend alors son opération de rétrécissement à tout le pays. D'octobre 2003 à avril 2004, alors que le grand format disparaît progressivement des présentoirs, les ventes augmentent de 18 % (en moyenne 196 030exemplaires vendus en mars 2004).

Deux formats pour un journal

The Independentayant ouvert la voie, leTimes, porte-parole de l'establishment, s'est senti autorisé à lancer une « version compacte » en novembre 2003. Le magnat australo-américain Rupert Murdoch, propriétaire du quotidien, espère ainsi relancer des ventes en déclin et stopper les pertes, qui se sont creusées sans discontinuer depuis le rachat du titre en 1981. Les ventes progressent très légèrement, de 3 % depuis décembre (589 108 exemplaires en moyenne en mars 2004).

Mais les lecteurs fidèles, qui forment une base solide, conservatrice et influente, se plaignent du réagencement de l'information dans la version tabloïd et de ne pas trouver le grand modèle dans leur kiosque. LeTimesdit vouloir conserver les deux formats aussi longtemps que nécessaire afin de ne pas mécontenter l'ensemble de ses lecteurs. Ce coût de production supplémentaire ne devrait pas arranger le compte d'exploitation : 43 millions d'euros de pertes en 2003, soit le double de l'exercice précédent.

Face à la « tabloïsation » de ces deux titres et à une érosion générale des ventes, les autres quotidiens ont étudié à leur tour la possibilité de se faire petit. AuDaily Telegraph(850 000 exemplaires), on se méfie de l'impact que le format tabloïd pourrait avoir sur les lecteurs.« En ce moment, nous pensons qu'il y a autant de chances de satisfaire que de contrarier les lecteurs »,explique Kim Fletcher, directeur éditorial de Hollinger, le groupe propriétaire duTelegraph.

Le quotidien conservateur, qui a fait des essais de format tabloïd, ne prendra de toute façon aucune décision avant la vente du titre, actuellement en cours. Quant auFinancial Times, le quotidien de référence de la City, un passage au format tabloïd nuirait à la maquette aérée du journal. Les cours de Bourse, notamment, deviendraient illisibles ! Le journal étudie cependant la possibilité d'adopter, à l'instar duMonde, le format intermédiaire berlinois (32 x 47 cm) déjà utilisé dans sa version continentale.

LeGuardian, enfin, envisage la possibilité« entre autres options »d'adopter le format berlinois. Le quotidien de centre gauche exclut en revanche toute édition tabloïd qui mènerait à« une forme plus vulgaire de journalisme »,ne laissant sur la une que la place pour« une histoire, un titre, une photo ». Mais, avec une baisse de 8,3 % de ses ventes en un an, leGuardian, qui joue sur le même terrain queThe Independent, n'aura peut-être pas le choix.

Envoyer par mail un article

Les quotidiens britanniques rétrécissent

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies