Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

CONJONCTURE

Le cinéma est en bonne santé

23/01/1998

Depuis dix ans, jamais le cinéma ne s'est porté aussi bien en France, en Europe et même aux États-Unis. Fréquentation et recettes publicitaires sont à la hausse.

Passera ou ne passera pas la barre symbolique des 150millions d'entrées pour 1997? Ce qui est certain, c'est que 1997 s'affiche comme la meilleure année du cinéma en termes de fréquentation depuis dix ans, dépassant largement les 136,3millions d'entrées enregistrées en 1996. La tendance est générale, puisque l'Union européenne et l'Amérique du Nord annoncent aussi de bonnes performances. Pourtant, la parution des premières données deCiné Chiffresétablissant la fréquentation française à 150millions, tempérée par la publication des estimations de la Fédération nationale des cinémas français (FNCF) qui fait état de 148millions, a donné lieu à une polémique inhabituelle. L'Union des producteurs français (UPF) a même pressé le Centre national de la cinématographie (CNC) d'opposer«un démenti formel aux chiffres faux qui circulent actuellement sur les résultats du cinéma français en salles en 1997».La polémique ne trouvera son terme qu'au mois de mai prochain, lors de la parution du bilan définitif du CNC prévu pour le Festival de Cannes. Tout juste est-il précisé au CNC que«le chiffre de 150millions semble surestimé, les premières données disponibles établissant plutôt le niveau aux alentours de 147-148millions»,tout en regrettant que le chiffre symbolique des 150millions ait circulé,«car il masquera la réelle bonne performance du cinéma en 1997».

Un phénomène international

Autre dilemme, la part de marché du cinéma français. Là, tous les chiffres circulent, allant de 31 à 36%, pour l'Union des producteurs français. Selon le CNC, elle serait toutefois supérieure à 32%, atteignant plus probablement les 34%. Au regard du box office, il est déjà acquis que neuf films français ont, l'an dernier, dépassé le million de spectateurs. Enfin, et là encore les chiffres ne sont pas définitifs, les régies de cinéma se félicitent de leurs résultats, estimant que les investissements publicitaires ont progressé de 7 à 8% par rapport à 1996. Elles attirent de nouveaux secteurs en quête d'image, comme la distribution, et fidélisent des annonceurs convaincus de la spécificité de la cible des téléspectateurs, connue pour être défricheuse en matière de consommation. Incontestablement, la bonne santé du cinéma français est contagieuse. Avec 742millions d'entrées estimées pour 1997, les quinze pays de l'Union européenne connaissent aussi leur meilleure année en termes de fréquentation du cinéma. Selon l'Observatoire européen de l'audiovisuel de Strasbourg, la hausse s'établirait à 5,8% par rapport à 1996, masquant des disparités importantes selon les pays, l'Espagne et l'Allemagne affichant les augmentations les plus fortes, avec respectivement +13,2% et +10,2%. La France se situerait dans la moyenne aux côtés du Royaume-Uni et de l'Italie, tandis que la Belgique voit ses résultats s'orienter à la baisse.

Envoyer par mail un article

Le cinéma est en bonne santé

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.