Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Télévision

TNT : attention, colis piégé !

17/06/2004

La « télévision numérique pour tous », qui verra le jour en mars 2005, va rencontrer de nombreux obstacles qui rendent son succès incertain.

Cela fait quinze ans que les Français n'ont pas eu accès à une nouvelle chaîne gratuite. Pour Dominique Baudis, président du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), le lancement de la télévision numérique terrestre (TNT) à partir du 1er mars 2005 est donc« un événement considérable dans l'histoire du paysage audiovisuel ». Suivra six mois plus tard la commercialisation des chaînes payantes. En dépit de sa déclinaison accrocheuse - « télévision numérique pour tous » -, la TNT risque néanmoins de se heurter à de nombreuses difficultés.

Premier obstacle à se dresser sur la route de cette technologie appelée à remplacer notre bonne vieille télévision analogique en 2010 : une offre de programmes peu attractive. Après l'abandon de ses projets de chaînes d'info ou de sport, le service public ne propose plus que Festival et La Chaîne parlementaire comme chaînes nouvelles. Hormis iMCM, déclinaison interactive de MCM, seules les minigénéralistes de Bolloré (Direct8), Claude Berda (NT1) et Jean-Paul Baudecroux (NRJ TV) seront réellement nouvelles dans l'offre gratuite de la TNT. Mais elles devraient également limiter leurs investissements en programmes. M6 Music ? Elle est déjà présente sur le câble et le satellite. Quant à TMC, qui pourrait voir son autorisation d'émettre en TNT remise en question en cas de cession à TF1 et AB, elle est déjà diffusée en hertzien dans le sud de la France. Et la question des chaînes locales est toujours en suspens.

Frais techniques

Non seulement l'offre laisse à désirer, mais tout le monde n'y aura pas accès ! En mars 2005, seulement 35 % de la population sera desservie par la TNT. Certes, la proportion augmentera rapidement, puisqu'il est prévu que 85 % des foyers soient couverts en 2007. Mais quid des foyers restants ? Le coût de raccordement de ce reliquat situé dans des zones difficilement accessibles à la diffusion hertzienne sera important, car il nécessite un relais de diffusion satellitaire. Il n'en est pas moins nécessaire, la loi prévoyant que les chaînes publiques doivent être accessibles à tous les Français.« À chaque jour suffit sa peine »,rétorque Yvon Le Bars, conseiller du CSA. Quant à l'offre payante de la TNT, les opérateurs sont encore en attente d'un distributeur commercial. Il n'est pas exclu que se constituent des minibouquets exclusifs autour de TPS et de CanalSatellite.

Autre difficulté prévisible : la moitié des antennes collectives nécessitera une intervention technique pour recevoir la TNT. Coût de l'opération : 22,87 euros par foyer. Ce à quoi il faut ajouter 80 à 100 euros pour se procurer un démodulateur permettant de recevoir les chaînes gratuites. Il sera aussi sans doute nécessaire de se procurer un décodeur spécial pour les chaînes payantes, commercialisées six mois plus tard. Mais le téléspectateur est-il prêt à se procurer un second boîtier ? Les pouvoirs publics ne donnent en tout cas aucun signe de financement de l'équipement des foyers, comme en Italie (lire en page 32), ou d'une campagne de communication. Par ailleurs, les chaînes devront supporter une très lourde facture de diffusion qui pourra représenter... le tiers de leur chiffre d'affaires ! C'est ce qui fait aujourd'hui reculer Pathé.« Cela coûte 5 millions d'euros à une chaîne pour couvrir 65 % du territoire en TNT, alors qu'elle peut arroser toute l'Europe en numérique sur le satellite avec moins d'un million »,relève un conseiller du CSA.

Aucun impact publicitaire

Pour couronner le tout, la technologie de la TNT sera vite obsolète. C'est en tout cas l'argument matraqué par TF1 et M6. Pourquoi ne pas attendre un an et demi de plus pour disposer de la norme de compression numérique Mpeg 4, qui permet d'avoir accès à la télévision mobile et à la télévision haute définition, se mariant très bien avec les téléviseurs à écran plat ? En lançant la TNT sur la norme vieillissante Mpeg2, le CSA sait que son offre ne sera pas évolutive, le nombre de chaînes étant limité à six par multiplex.« On prend le train à vapeur mais on suggère d'électrifier la ligne »,a lâché le patron de M6, Nicolas de Tavernost.

Enfin, les perspectives publicitaires sont incertaines. Pour Emmanuel Charonnat, directeur général de Carat TV, l'impact de la TNT sur le marché publicitaire sera« quasi nul à court terme ». Il faudra attendre cinq ans pour mesurer son implication en termes de fragmentation des audiences. Selon lui, le lancement en deux temps chaînes gratuites/chaînes payantes risque de handicaper les nouveaux entrants et de favoriser les chaînes déjà existantes. Tout dépendra ensuite de l'accès à la publicité télévisée de la grande distribution en 2007.« Et il faut dix-huit mois à deux ans pour qu'une chaîne commence à exister aux yeux des annonceurs »,souligne Emmanuel Charonnat. Impatients s'abstenir !

Envoyer par mail un article

TNT : attention, colis piégé !

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.