Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Un livre à la une

24/06/2004

Parfum de scandale autour du champion cycliste Armstrong. Derrière la une choc de L'Express, un livre... et des négociations serrées entre éditeurs.

On s'en doutait, ou plutôt on le craignait, mais on espérait se tromper. Le fabuleux cycliste Lance Armstrong, multivainqueur du Tour de France, est aussi une victime « à l'insu de son plein gré », comme dirait Richard Virenque.L'Expressdu 14 au 20 juin a lâché le mot en une : « dopage ». Le magazine cite de larges extraits du livreLA confidentiel. Les secrets de Lance Armstrong,signé de Pierre Ballester et David Walsh. Il donne le nombre de pages (384) et le prix (20 euros) mais, curieusement, pas l'éditeur, La Martinière. Simple oubli ? Pas le genre de la maison. Plutôt une façon de brouiller les pistes.« C'est un moyen de gagner du temps face aux éventuelles actions en justice »,explique le patron deL'Express,Denis Jeambar, qui sait qu'un référé peut amener à la saisie d'un journal en vingt-quatre heures.

Pour renforcer l'effet de surprise,L'Expressa volontairement retardé du samedi au dimanche la distribution de ses quatre cents premiers exemplaires, qui sont envoyés par porteur aux journalistes parisiens. La contre-attaque du champion n'est arrivée, du coup, que le lundi soir. Armstrong envisage des poursuites en diffamation contreL'Express,sans apparemment inquiéter Denis Jeambar :« Nos avocats ont examiné les textes, nous avons obtenu des garanties sur les témoignages cités. »Ceux de l'éditeur avaient auparavant, eux aussi, tout épluché.

De Gaulle : succès pour le tome I, bide pour le tome II

L'Expressprépare en réalité son coup depuis des mois. C'est en enquêtant sur le dopage que son service Investigation apprend, en mars dernier, qu'un livre explosif est en préparation. L'équipe remonte vite jusqu'à l'éditeur : quelques chapitres sont déjà rédigés. Ordinairement, les directeurs de rédaction se rendent sur place, dans les murs de l'éditeur, pour lire des extraits du livre sous l'oeil amical - mais attentif - du patron de la maison. La Martinière a cette fois laissé sortir le manuscrit d'Armstrong. Le journal a aussitôt mis une option définitive sur la publication. En échange, Jeambar a garanti sa présence en une, mais n'a rien dépensé, assure-t-il.« Payer, cela se fait de moins en moins : c'est une telle rampe de lancement pour des livres »...

Les éditeurs de livres résistent pourtant pied à pied.« Nous défendons l'idée qu'un auteur doit être rémunéré pour une parution dans la presse »,affirme Régine Billot, directrice du service de presse d'Albin Michel, spécialiste de ce genre d'opérations. Combien ? Une fourchette de 4 500 à 7 600 euros pour une prépublication dans un magazine d'actualité. À prendre avec des pincettes, toutefois.

Tout se négocie, car ni l'éditeur du livre ni l'éditeur de presse ne sont sûrs d'y gagner.« Cela peut doper ou plomber la diffusion »,affirme le directeur duPoint,Franz-Olivier Giesbert. L'hebdo a réalisé un bon score avec son numéro consacré au premier tome deDe Gaulle, mon père(Philippe de Gaulle et Michel Tauriac), mais mal vendu avec la une consacrée au deuxième.« On s'était pourtant battu pour l'avoir »,se souvient FOG. Il faut compter aussi avec les rancoeurs.« Les médias "oubliés" boycottent parfois le livre,raconte Régine Billot.Et puis, pour les auteurs, il y a toujours le risque que les gens se contentent des bonnes feuilles ! »Ainsi,La Vendetta française,de Sophie Coignard, en une deL'Express,n'a fait « que » 50 000 ventes contre 200 000 pourL'Omerta française,du même auteur (avec Alexandre Wickham). Aux éditeurs de presse ou de livres, le lecteur réserve souvent, lui aussi, des surprises.

Envoyer par mail un article

Un livre à la une

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies