Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

télévision

Très Euro en couple

01/07/2004

Le championnat d'Europe des nations de football déchaîne les passions et les audiences, y compris chez les femmes. Les coûts du GRP sont au beau fixe... jusqu'à l'élimination des Bleus.

Les compteurs s'affolent depuis le début de l'Euro 2004. Pour sa première partie, avec les matchs de poules, le championnat d'Europe des nations tient ses promesses en termes de spectacle, de buts et d'audience. Celle des matchs n'a cessé de progresser : 5,4 millions de téléspectateurs et 43,9 % de part d'audience pour Portugal-Grèce, diffusé le 12 juin sur France 3. Le premier match de l'équipe de France contre l'Angleterre, sur TF1 le 13 juin, a mis le feu aux audiences : 13,5 millions de téléspectateurs et 54,4 % de part d'audience. Le 17 juin, France-Croatie a réuni sur France 2 plus de 14 millions de téléspectateurs pour 55,9 % de part d'audience. Le 21 juin, France-Suisse sur TF1 a fait mieux, avec plus de 14,2 millions de téléspectateurs, la meilleure audience de l'année, et près de 60 % de part d'audience. Quant au malheureux France-Grèce, le 25 juin, il a atteint 14,9 millions de téléspectateurs pour 60,7 % de part d'audience - un record historique pour France 3. Mais si les Français soutiennent les Bleus, ils regardent aussi les autres équipes : plus de huit millions de téléspectateurs pour Allemagne-Pays Bas, plus de cinq millions pour Italie-Suède et près de 7,5 millions pour Italie-Bulgarie.

Les régies satisfaites

De telles audiences doivent beaucoup à la présence des femmes, qui s'intéressent de plus en plus au football lors des grandes compétitions internationales comme le Mondial ou l'Euro. Sur le championnat d'Europe, elles représentent 43 % d'une audience composée pour plus de la moitié par les 15-49ans.« Nous ne nous attendions pas à de tels scores,se réjouit Antoine Szalewski, acheteur TV chez Starcom.Le contexte est très intéressant pour un annonceur visant un objectif de couverture. »Selon lui, l'Euro est une bonne opportunité en termes d'achat d'espace, avec des coûts GRP (30 secondes) d'environ 3 600 euros sur les hommes de 15 à 34 ans.« Ils se situent, selon les cibles, généralement en dessous de l'offre, notamment pour les écrans des mi-temps des matchs diffusés en soirée,poursuit Antoine Szalewski.De bons coups pouvaient également être réalisés sur une cible féminine sur les matchs les plus importants. »Et même si les audiences n'avaient pas été au rendez-vous, France Télévisions Publicité avait prévu une garantie de coût du GRP.

Les régies se frottent les mains. France Télévisions Publicité, qui facture 110 900 euros les écrans des matchs, annonce un taux de remplissage de 95 %. Au 23 juin, la régie avait enregistré 30 millions d'euros de recettes (contre 19 millions pour l'ensemble de l'Euro 2000), soit autant que sur l'ensemble de la Coupe du monde 1998. Si l'équipe de France s'était retrouvée en finale (diffusée sur France 2 le 4 juillet), l'écran aurait frisé les 169 000 euros.

Envoyer par mail un article

Très Euro en couple

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.