Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Appel à témoins

23/09/2004

Le mensuel Marie Claire a fait de la collecte de témoignages de femmes l'une de ses spécialités. Visite en coulisses.

V ous avez conçu un enfant par procréation artificielle et choisi de ne pas lui dire [...]. Magazine féminin cherche témoignage. »Régulièrement,Libérationpublie dans ses pages d'annonces des appels à témoins. Au 01 41 46 89 43, ce 7 septembre, c'est Anne Walter, grand reporter àMarie Claire, qui répond. Pour elle, l'annonce dansLibéest un dernier recours quand il a été difficile de trouver un témoignage par les canaux habituels : le réseau des amis, l'intranet du groupe Marie Claire ou les associations concernées. Journaliste depuis vingt ans, cette professionnelle chevronnée fait accoucher dans ses colonnes à peu près toutes les vérités, qu'elles soient bonnes ou mauvaises à dire : l'alcoolisme au féminin, les secrets de famille, mon conjoint est un radin , etc.« Je ne cherche pas à convaincre les gens d'apporter leur témoignage,explique-t-elle.Pour les sujets psycho, on peut modifier le nom de la personne ou ne pas publier sa photo. Mais, la plupart du temps, je suis surprise de voir à quel point les gens se racontent sans réticences. Ils sont intarissables, et d'une confiance... dangereuse pour eux. »

La sélection des témoins est un exercice délicat. L'image, notamment, pèse de tout son poids.« Nous avons parfois des choses moins fortes sur le plan du témoignage, mais visuellement intéressantes,rappelle Corine Goldberger, journaliste àMarie Claire.Lorsqu'on aborde un tabou sexuel, il nous arrive de tricher en photographiant les gens de façon à ce qu'on ne les reconnaisse pas. »Parfois, le sujet est si intime que le magazine renonce de lui-même à l'illustrer malgré l'accord de l'intéressé(e). Mais comment arrivent à la rédaction de tels témoignages, qui semblent parfois davantage le fruit des fantasmes des journalistes qu'un véritable phénomène de société, fût-il marginal ?« Les sujets sont choisis en conférence de rédaction ou à l'occasion d'une discussion avec la rédactrice en chef »,assure-t-on àMarie Claire. Autrement dit, c'est la recherche du témoignage qui ferait le témoin, et non l'inverse.

Élargir le réseau

Aussi arrive-t-il aux journalistes de tomber sur une fausse bonne idée.« J'ai eu beaucoup de difficultés à trouver des gens qui se " dépacsaient " peu de temps après le Pacs »,sourit Anne Walter. Selon elle, ce qui compte, ce n'est pas tant l'expérience en elle-même que la façon dont elle est racontée.« Un bon témoignage, c'est un peu de distance : il faut que le témoin ait compris et analysé ce qui lui était arrivé »,explique-t-elle. Concrètement, l'interview se réalise en tête-à-tête. Et, sur dix témoins, quatre seulement en valent parfois la peine.« On commence à avoir fait le tour d'une question quand on a l'impression d'avoir déjà entendu l'histoire »,relève Corine Goldberger.

Quant à la petite annonce dans la presse, elle permet de diversifier le réseau des relations. Car, à l'instar du numéro des 50 ans deMarie Claire, les témoignages anonymes laissent parfois la place à ceux d'« Aurélie, 30 ans, rédactrice de mode » ou de « la compagne de Jean-Pierre Pernaut ». D'où une certaine surreprésentation de la profession journalistique.« Quand on démarre sa vie professionnelle,explique Corine Goldberger,on a beaucoup de copains journalistes. L'avantage, c'est qu'ils vont directement au fait. Après, avec l'ancienneté, il y a les voisins, les parents d'élèves.... Et puis, pour connaître plein de gens, il faut toujours deux ou trois copines pipelettes ou qui travaillent dans le social. Mais toujours des vrais gens, sinon les papiers tomberaient des mains. »La vie est un roman.

Envoyer par mail un article

Appel à témoins

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.