Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

production

Qui peut s'offrir Endemol ?

25/11/2004

Le leader européen des programmes de flux est à la recherche d'acquéreurs. Endemol France, présidé par Stéphane Courbit et Arthur, pourrait participer à un scénario de reprise.

Un amendement du député UMP Dominique Richard a été adopté le 19 novembre à l'Assemblée nationale. Il vise à élargir aux SMS et aux appels téléphoniques l'assiette des ressources qui sert à financer la création audiovisuelle, via le compte de soutien à l'industrie des programmes. Ce qui est loin d'enchanter Virginie Calmels, directrice générale d'Endemol France. Elle craint en effet une baisse d'attractivité pour ses programmes, qui devront se priver d'un tel mode de financement lucratif. Les émissions générant des appels téléphoniques (« call TV »), notamment ces quiz du niveau d'un élève de CE2, promis à un bel avenir sur la télévision numérique terrestre, devraient s'en trouver affectées.

Pour autant, Endemol France ne redoute pas une baisse de la demande. La société fondée par Arthur et Stéphane Courbit est à l'origine de grosses locomotives d'audience commeStar Academy,Le Pensionnat de ChavagnesouLa Ferme des célébrités. Et elle dispose toujours jusqu'en 2006 d'un contrat en or pour proposer à TF1 le premier choix parmi quelque 500 formats internationaux. La filiale pèse 20 % du chiffre d'affaires d'Endemol Monde, soit 180 millions d'euros, et elle apporte une contribution supérieure au résultat de sa maison mère, présente dans 23 pays.

Son actionnaire, le géant espagnol des télécoms Telefónica, cherche depuis quelque mois à se défaire du leader européen des programmes de flux. Qualifiant l'actif de« non stratégique », le groupe présidé par Cesar Alieta n'a pas encore confié de mandat officiel à une banque d'affaires mais, selon nos informations, Merryl Linch a réalisé une évaluation pour le compte de la société espagnole. Problème : Endemol Monde est aujourd'hui valorisée entre 1,5 et 2 milliards d'euros alors qu'elle a été payée entre 4,5 et 5 milliards d'euros, au plus fort de la bulle Internet, en 2000. Cesar Alieta souhaite donc limiter la casse en matière de moins-value et viendrait même de refuser un chèque de 2 milliards d'euros de Time Warner.

Partenariat industriel

La stratégie de Telefónica est cependant susceptible de s'accélérer. Lié à l'ancien gouvernement Aznar, Cesar Alieta est donné partant depuis l'arrivée de José Luis Zapatero, le Premier ministre espagnol, qui goûte fort peu la « télé-poubelle » et a demandé aux chaînes de s'autoréguler. En France, on se prépare donc à un changement capitalistique qui peut prendre diverses formes : introduction en Bourse, « deal » avec les managers, etc.

Arthur et Stéphane Courbit seraient en tout cas prêts à contribuer à la reprise d'Endemol avec un investisseur (on cite Bolloré et John de Mol) : à la fin 2005, comme l'a notéLe Journal du dimanche, ils devraient toucher un chèque de 500 millions d'euros, qu'ils pourraient convertir en parts du capital, en reliquat de la vente de leur société. Reste qu'ils doivent rassurer sur deux plans : la pérennité du contrat de « partenariat industriel », signé à la mi-2001 avec TF1, et celle de la télé-réalité elle-même.

Virginie Calmels relativise le partenariat avec la Une.« Un contrat pluriannuel est certes un formidable atout, de nature à rassurer un investisseur. Mais si cela peut paraître une condition nécessaire, ce n'est pas suffisant. Pour satisfaire TF1, il faut des formats et des équipes performants pour délivrer des programmes commeStar Ac ou La Fermequi font 40 à 45 % de part d'audience sur les ménagères. Sinon, vous aurez toujours de bons avocats pour tenter de casser le contrat. »Certes, mais l'accord assure à Endemol un droit d'approvisionnement sur l'access prime time de TF1. Et c'est encore à cette chaîne que le producteur va livrer« deux formats originaux au minimum »en 2005.

Quant à la télé-réalité, elle n'est plus désormais le coeur de l'activité d'Endemol, le père deLoft Story.« Elle a évolué récemment vers le docu-réalité et représente environ 25 % des heures produites par Endemol France »,affirme Virginie Calmels. Par ailleurs, M6 n'a pas hésité à lancer, via sa filiale W9, sa propre adaptation de télé-réalité,Les Colocataires, qui est attaquée pour contrefaçon deLoft Story. Endemol France met donc en avant ses programmes de divertissement (On ne peut pas plaire à tout le monde,Karl Zéro,Attention à la marche,À prendre ou à laisser...). Une façon de dire qu'il existe une vie après la télé-réalité.

Envoyer par mail un article

Qui peut s'offrir Endemol ?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.