Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

presse

Jean Hornain aux commandes du Parisien

25/11/2004

Le directeur général adjoint de L'Équipe prendra la direction du quotidien le 1er décembre. L'ex-DG, Hervé Pinet, fait les frais d'erreurs de communication.

C'est un sportif accompli, homme de marketing et de nouvelles technologies, que Philippe Amaury a choisi pour remplacer, à la direction générale du groupe Le Parisien, Hervé Pinet, débarqué le 19 novembre. Jean Hornain, quarante-trois ans, ancien champion de volley-ball, agrégé d'éducation physique et diplômé de l'Institut supérieur des affaires, prendra ses fonctions le 1er décembre. Après avoir fondé lequipe.fr et L'Équipe TV, qui viennent de fusionner au prix d'un plan social, l'homme a fait l'essentiel de sa carrière dans le groupe Amaury. Directeur général adjoint de la SNC L'Équipe, il était dernièrement en charge des produits de diversification et des activités médias. Son prédécesseur, Hervé Pinet, n'aura passé que sept mois aux commandes duParisien-Aujourd'hui en France.De source syndicale, il n'était véritablement opérationnel que depuis la mi-août et aurait fait les frais d'erreurs de communication. Est notamment citée la réintégration surprise de six photographes pigistes après un arrêt de travail brutal sur une édition de vingt-huit pages.« Je ne voulais pas entrer dans des affrontements,a justifié Hervé Pinet.Un jour de non-parution coûte 400 000 euros. »En contrepartie, il avait exigé le gel des embauches et annoncé un plan de départs volontaires rendu nécessaire par« une perte de 50 millions d'euros au cours des trois dernières années ».

Développer la marque

L'histoire ne dit pas comment Philippe Amaury a goûté cette volte-face. Toujours est-il qu'Hervé Pinet, dans les jours suivant, s'est employé à redorer l'image du quotidien. Non,Le Parisienn'est pas en crise, déclarait-il à la presse le 30 septembre, en témoigne le rétablissement de son compte de résultat : de -5 à -7 millions d'euros attendus en 2004 contre -17 millions en 2003. Ensuite, les départs (une quinzaine d'intéressés) ne donneront pas lieu à remplacement et ne se feront que sur la base du volontariat. Enfin, la Société de distribution et de vente duParisien,malgré les pertes engendrées, est une stratégie qui fait sens. Le 19 novembre, devant les élus du CE, Hervé Pinet a justifié son départ par des« divergences sur les orientations à donner au journal ».Le gel du projet de centrale de services partagés, appelée à réunir toutes les activités administratives du groupe Amaury, a sans doute compté. À Jean Hornain de confirmer maintenant qu'il vient pour dynamiser les recettes duParisienen développant la marque, notamment via une politique de suppléments et d'édition.

Envoyer par mail un article

Jean Hornain aux commandes du Parisien

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.