Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

télévision

Des locales très... nationales

09/12/2004

Le lancement de Nantes 7, le 10 décembre, confirme le dynamisme des chaînes locales. Une dizaine devrait être disponible avant la fin 2005, avec une véritable syndication publicitaire.

Le 10 décembre, une nouvelle chaîne doit être lancée sur le canal hertzien 47 de Nantes. Pilotée par la Socpresse (49 %) et le quotidien régionalLe Télégramme(14,5 %), Nantes 7 dispose d'une équipe de 35 personnes, d'un budget de 2,7 millions d'euros et espère des recettes publicitaires de 3 millions par an. À noter qu'elle partagera le canal de diffusion avec l'association TéléNantes, qui ne diffusera que cinq heures par jour et apportera 1 million d'euros dans la corbeille. Le lancement d'une nouvelle chaîne locale dans une agglomération comme Nantes confirme l'intérêt des quotidiens régionaux pour ce dossier et conforte les tenants de la TV locale.

Régie externalisée

Après Nantes, un autre « gros morceau » s'annonce : la cité phocéenne, où l'équipe de TV7 Marseille a été présélectionnée le 3 novembre par le Conseil supérieur de l'audiovisuel.« Nous espérons démarrer en septembre 2005 pour profiter de la fenêtre d'exclusivité dont bénéficient jusqu'en janvier 2007 les chaînes locales pour la grande distribution »,explique le directeur général de TV7 Marseille, Pierre Boucaud, également président de Télé Toulouse (TLT). Dotée d'un budget de 3,5 millions d'euros, TV7 Marseille va s'installer sur le pôle audiovisuel de la Belle de Mai. La chaîne sera composée à 60 % d'information locale et proposera trois heures de programmes renouvelés par jour. Quant au tour de table,« il ne peut être plus marseillais »,souligne Pierre Boucaud. Outre la Caisse d'épargne Alpes-Corse, principal actionnaire avec 35 % et la Caisse d'épargne nationale (15 %), y figurent également la Safim (foire de Marseille, 15 %) et la Sodhexo (5 %). La présence des groupes Lagardère, viaLa Provence(15 %) et AB (15 %), reste limitée.« Il n'y a pas de pactes d'actionnaires caché et la régie sera externalisée »,promet Pierre Boucaud.

Une surface pour intéresser

À l'instar de TV7 Marseille, les chaînes locales entendent maîtriser davantage leurs recettes de publicité. Le contrat liant Lagardère Active Publicité à quatre d'entre elles - TLM à Lyon, TLT à Toulouse, Clermont Première et TV7 Bordeaux - a été rompu« par consentement mutuel »,selon la régie. Une nouvelle structure vient d'être finalisée (lire l'encadré), qui devrait commercialiser aussi Nantes 7, TV 7 Marseille, TV8 Mont Blanc et Canal 32 à Troyes.« Mais l'objectif à terme est d'élargir ce regroupement aux chaînes qui ne sont pas affiliées à la presse quotidienne régionale »,explique Gilles Crémilleux, directeur général de Clermont Première. Autrement dit : accorder une place à d'éventuels nouveaux entrants sur le marché de la télévision locale. Parmi ceux-ci : NRJ, dont le projet 7L a été présélectionné à Montpellier ; Antennes Locales (France-Antilles-Comareg), qui n'a pour l'heure obtenu aucune fréquence ; Urbi TV, piloté par Louis-Bertrand Raffour et Michel Thoulouze.

Selon la dernière étude NPA Conseil-Carat TVMI, le potentiel de recettes publicitaires des locales est estimé entre 125 et 160 millions d'euros bruts à l'horizon 2007. En proposant une offre publicitaire couplée, les chaînes pourraient réaliser environ 30 % de chiffre d'affaires publicitaires avec des annonceurs locaux. Une condition sine qua non subsiste cependant : à l'image des radios locales, le réseau devra compter une vingtaine de chaînes, contre une dizaine actuellement, afin d'obtenir une surface suffisante (environ 10 millions de téléspectateurs potentiels) susceptible d'intéresser les annonceurs nationaux. C'est ce qui est prévu pour la fin 2005. Après Nantes, Marseille, Montpellier, Nîmes, le CSA étudie les candidatures sur Grenoble et a auditionné, le 2 décembre, les candidats sur Tours et Orléans. Le 15 du même mois doivent avoir lieu des auditions pour Angers et Le Mans. En Dordogne, l'appel a été déclaré infructueux, l'unique candidat s'étant désisté. Enfin, des appels pourraient être lancés prochainement à Lille, Rouen et Rennes. La télévision locale commence à devenir une réalité nationale.

Envoyer par mail un article

Des locales très... nationales

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.