Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

télévision

Délocalisation massive à la BBC

16/12/2004

La radiotélévision britannique projette de déménager une grande partie de ses effectifs de Londres à Manchester.

Fait-on de meilleurs programmes de télévision en province ? C'est ce que semble penser Mark Thompson, directeur général de la BBC, qui a annoncé le 7 décembre, parmi un train de mesures d'économie, le déplacement de 1 800 employés de Londres à Manchester, au nord de l'Angleterre, afin de« reconnecter et d'immerger la BBC dans les communautés du Royaume-Uni ».Au sein de la « corporation », ce programme de décentralisation est mal accueilli. Neil, par exemple, assistant producteur au service des sports de la BBC, enrage. Il a dix-huit mois pour décider s'il déménage à Manchester dans cinq ans, avec le reste de son service :« Ici, on est dégoûté parce qu'il n'y aucune raison pour que nous partions au Nord. »

Mais c'est ça ou la porte ! Le département des sports est concerné tout comme celui des chaînes pour enfants, de Radio 5 Live et des nouvelles technologies. La délocalisation, pour un coût de 397 millions d'euros, est officiellement motivée par le souci de s'ouvrir« à de nouveaux talents et de nouvelles perspectives ».« Tout cela, c'est de la com',dit Neil,un jeu politique, la vraie question est de savoir dans quel but on veut nous faire déménager. »

Image écornée

Mark Thompson a devant lui un gros défi : celui de sauvegarder la redevance publique qui finance la plus grosse partie du budget de la radiotélévision britannique. Le temps presse : la négociation de cette redevance, qui intervient tous les dix ans, aura lieu en 2006, lors du renouvellement de la charte royale. Selon Mark Thompson, il en va de la« survie »de la BBC. Pour assurer la rentrée des deniers du contribuable, il faut« construire de la valeur publique »,a-t-il expliqué. C'est-à-dire en donner aux téléspectateurs pour leur argent, alors que l'image de la « Beeb » a été sérieusement écornée par l'affaire David Kelly. La BBC s'était appuyée sur cet expert britannique, retrouvé mort en 2003, pour affirmer - à tort - que Tony Blair avait menti à propos des armes de destruction massive en Irak.

Une grande enquête menée l'été dernier a aussi montré que les Britanniques trouvaient les programmes de « moins bonne qualité » à la BBC, appuyant les chaînes commerciales qui lui reprochent de favoriser la course à l'audience et d'oublier sa mission de service public. Mark Thompson se donne les moyens de ses ambitions. Ainsi, 2 900 emplois, dont 2 500 dans l'administration, vont être supprimés sur l'autel de l'amélioration des programmes. Pour faire avaler la pilule, 463 millions d'euros sont affectés à la création de contenu grâce aux économies générées. Reste à savoir si des programmes faits à Manchester sur la Premiership apporteront une quelconque touche de différence...« No way »,dit-on au service des sports.

Envoyer par mail un article

Délocalisation massive à la BBC

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.