Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

making of

« 1 mort sur 3 est un enfant »

06/01/2005

Mon Quotidien, destiné aux 10-14 ans, sort un numéro « Spécial dix ans » où il recense notamment les dix événements de la décennie. Le tsunami ayant dévasté l'Asie il y a une dizaine de jours les supplante déjà tous.

Une fois n'est pas coutume, François Dufour a réalisé lui-même l'interview du numéro spécial consacré au dixième anniversaire deMon Quotidien.« Quel événement vous a le plus marqué dans le monde depuis dix ans ? », interroge le rédacteur en chef et fondateur de ce journal pour 10-14 ans, fort de 75 000 abonnés. Camille, une lectrice invitée à la rédaction avec quatre autres enfants, répond :« Moi, je me souviens surtout de l'effondrement des tours jumelles. »Le numéro, qui est sorti ce 5 janvier, a été bouclé avant le raz de marée asiatique. Désormais, selon François Dufour, les enfants seront sans doute davantage marqués par le tsunami du Sud-Est de l'Asie que par le 11 septembre à New York. Ne serait-ce que parce que le nombre de victimes est beaucoup plus important et qu'il y a quantité d'enfants qui sont morts.

Des notes attribuées aux articles

« Raz de marée : 1 mort sur 3 est un enfant » : c'est sous ce titre queMon Quotidiena fait sa une le 31 décembre pour terminer l'année 2004. D'autres numéros ont suivi - ou précédé - sur les « vagues meurtrières en Asie du Sud-Est », avec des infographies sur la formation d'un tsunami, la tectonique des plaques ou la géographie de l'Océan indien.« Les enfants sont demandeurs d'explications,estime François Dufour,car ils ont vu beaucoup d'images frappantes à la télévision. »Comme à l'accoutumée, les numéros sont très pédagogiques. Le mot « humanitaire » est surligné en jaune pour renvoyer à la définition suivante : « Qui vise à améliorer les conditions de vie des êtres humains. » Une « opération tsunami » est par ailleurs organisée : elle met à disposition des enfants des coupons de 10 euros à découper, qui peuvent être vendus et la somme récoltée reversée à l'Unicef et à l'association Save the Children.

Difficile de deviner les mots qui poseront des problèmes de compréhension à des grands enfants (« François Mitterrand, pour eux, c'est comme si on disait François Dupont »).Mon Quotidiens'appuie donc sur un instituteur, Bernard Paret, qui vient après sa classe pointer les mots difficiles.« Il faut aussi qu'il n'y ait pas de phrases de plus de douze mots,ajoute le rédacteur en chef,pas de conditionnel, pas trop d'adverbes et on s'interdit toute opinion par respect des parents. »Dans ses « règles d'or »,Mon Quotidiendemande également à ses journalistes de se souvenir de leurs dix ans. Il leur rappelle aussi qu'ils en savent « 1 000 fois plus » que leurs lecteurs.

Mon Quotidienn'a jamais fait sa une sur Sarkozy. Mais tout ce qui est de l'ordre de l'environnement ou de l'humanitaire l'intéresse. C'est ce qui ressort du numéro spécial 10 ans, qui recense les cent sujets qui ont fait la décennie et qui est exceptionnellement vendu en kiosques pendant deux mois. Pour détecter les sujets de prédilection des enfants, le titre des éditions Play Bac (à l'origine du jeu de fiches Les Incollables) s'appuie sur un panel de deux cents lecteurs qui mettent chaque jour des notes aux articles. Sont abonnées 15 000 classes de France, ce qui permet àMon Quotidiende faire des mini- sondages in vivo dans les écoles.

Que ressort-il de ses dix ans au contact des enfants du nouveau siècle ? Le titre ne s'est jamais interdit de parler de la pédophilie en termes très crus malgré des désabonnements de parents. La télévision est maintenant dans la chambre des enfants, qui ont des téléphones portables ou accès à Internet.« À part ça,conclut François Dufour,l'enfant est toujours le même, passionné d'exploit, de nature ou de découverte... L'âme n'a pas changé. »

Envoyer par mail un article

« 1 mort sur 3 est un enfant »

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.