Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

presse

Avec qui pilote Dassault ?

13/01/2005

Le nouveau Papivore s'appuie sur quatre fidèles lieutenants pour contrôler la Socpresse. Chacun a son rôle pour influencer, gérer les finances, communiquer ou déjouer les pièges.

Pas une ligne ni même un mot dans leWho's who.Rien dans les bases biographiques diverses. Pas une photographie dans les banques d'images. Très peu de traces sur Internet. Cités de temps à autre, généralement entre deux virgules, les membres de la garde rapprochée de Serge Dassault cultivent une discrétion qui confine à l'organisation secrète. À croire que pour ses affaires de presse, le patron de la Socpresse s'appuie sur des individus aussi dévoués à leur maître que les soldats de la Vieille Garde l'étaient à l'empereur ! Jean-Pierre Bechter, le politique, Philippe Hustache, le financier, et Rudi Roussillon, le communicant, se rencontrent formellement autour de Dassault, chaque mardi matin, pour parler des affaires de presse. En réalité, les contacts ne cessent jamais. Pas une journée sans que Serge Dassault ne mobilise ses lieutenants, le plus souvent via des textos, tôt le matin et jusqu'à 1 h 30 de la nuit, vacances et week-ends compris.

Jean-Pierre Bechter, le politique.

Il est administrateur de la Socpresse et duFigaro,patron de la Semif (Société d'édition de médias d'information franciliens, la société éditrice duRépublicain de l'Essonne,deLa Gazette du Val-d'Oiseet deToutes lesNouvelles de Versailleset de Rambouillet). Quasiment inconnu dans la presse, jusqu'à la prise de contrôle de la Socpresse par Serge Dassault en 2004, d'une discrétion absolue par nécessité autant que par inclination, Jean-Pierre Bechter est le principal artisan de ce coup de maître. C'est lui qui a mené de bout en bout les délicates négociations avec l'ensemble des héritiers de Robert Hersant. C'est encore lui qui faisait l'interface avec Yves de Chaisemartin, l'ex-PDG du groupe, récent candidat malheureux à la reprise des Nouvelles de Versailles et deLa Gazette du Val-d'Oise.C'est toujours Jean-Pierre Bechter qui a géré l'aspect politique et fiscal du dossier. Sa simplicité cordiale, ses relations au sommet de l'État, son sens politique et son carnet d'adresses, réputé l'un des meilleurs de Paris, ont fait merveille.

Belle prestance, l'oeil bienveillant sous un large front dégarni, ce sexagénaire fils d'un gendarme corrézien est tombé très jeune dans la politique. En 1986, il entre à l'Assemblée nationale comme député RPR de Corrèze, suppléant de... l'actuel président de la République. Installé dans le douzième arrondissement de Paris dans les années quatre-vingt, il en est depuis conseiller municipal et fut adjoint au maire. Il est actuellement vice-président du groupe UMP de la capitale. Imaginatif et plein d'idées, gros travailleur coutumier des journées de 15 heures, Bechter a la bonhomie communicative, aussi bien à droite qu'à gauche de l'échiquier.« L'homme est assez agréable de rapport »,confirme Christophe Nadjovski, conseiller vert du 12e. On ne lui connaît qu'un seul ennemi déclaré : Jean de Gaulle, petit-neveu de Charles et son compétiteur à droite lors des récentes municipales, qu'il rend responsable de l'échec de cette dernière, à mille voix près, dans son arrondissement fétiche.

Philippe Hustache, le financier.

Patron des finances du groupe Dassault, il est aussi administrateur de la Socpresse, duFigaro,deL'Express,de Valmonde (Valeurs actuelles, Le Spectacle du monde,etc.) et duJournal des finances.Ancien directeur financier d'Elf de 1985 à 1994, en pleine période de l'affaire Elf, Philippe Hustache n'a été inquiété à aucun moment par la justice. Requis par le parquet, il a expliqué au tribunal le jeu des commissions de la compagnie pétrolière.

Installé depuis 1994 au rond-point des Champs-Élysées auprès de Serge Dassault, cet inspecteur des finances sexagénaire travaille entouré d'une dizaine de collaborateurs seulement. Pas de consultants, pas de grands cabinets, Hustache s'appuie sur des circuits courts. On le présente comme un génie de la gestion, des finances, du contrôle de gestion, mais aussi des structures de société. C'est lui qui s'est attelé à la tâche titanesque de simplification des cascades de sociétés de la Socpresse, issues des rachats successifs effectués par Robert Hersant et pieusement conservées depuis par ses successeurs.« Une immense rigueur et une droiture extrême »,dit de lui un cadre de Dassault Aviation.

Bernard Monassier, le notaire.

Bernard Monassier, administrateur de la Socpresse, est le conseil et le notaire de Serge Dassault depuis 1986. Ce sexagénaire à grosses lunettes est le propriétaire de la première étude française. Passé du droit notarial au droit commercial, il a su mettre un incontestable sens des affaires au profit de ses clients, sans oublier le sien. Son étude parisienne compte 70 collaborateurs, auxquels s'ajoutent quelque 600 employés de 24 études associées en France et 17 bureaux de représentation à l'étranger.

Il est l'oeil juridique et fiscal de Serge Dassault. C'est lui qui avait tiré la sonnette d'alarme sur le projet d'échanges de participations avec le groupe Bouygues, décelant un piège dans le projet de ce dernier de monter à la minorité de blocage. Avec le financier Hustache, le notaire Monassier s'attache à démêler l'écheveau de... 197 sociétés existant sous le holding Socpresse.

Rudi Roussillon, le communicant.

Il est administrateur de la Socpresse, duFigaro, deL'Expresset président de la Société de gestion duFigaro.Rudi Roussillon figure aussi dans le personnel de la Semif et occupe la vice-présidence du groupe Valmonde et celle de la Société du Journal des finances.

Présent depuis neuf ans aux côtés de Serge Dassault, Rudi-Pierre Johnston-Roussillon pour l'état civil, gère la communication et les relations extérieures du patron. Cordial et fin, Rudi Roussillon joue avec un art consommé du discours officiel et de l'information confidentielle... contrôlée. Il accompagne Dassault dans certains rendez-vous politiques, auprès des instances de presse ou des étudiants, il gère ses interviews dans les médias, aplanit les émois suscités parfois par les appréciations à l'emporte-pièce de l'avionneur.

L'homme parle volontiers de tous les sujets, sauf de son passé de communicant, dans les années 1980, dans le giron du Parti républicain et de ce que l'on appelait alors la « bande à Léo » (François Léotard, Alain Madelin et Gérard Longuet). Lui aussi tient à rester dans l'ombre.« Vous ne trouverez aucune photo de moi,prévient-il.Je les ai toutes fait enlever. »Recherches faites, c'est vrai, pour lui comme pour ses compagnons. Pour le public, les lieutenants de Dassault n'ont pas de visage.

Envoyer par mail un article

Avec qui pilote Dassault ?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.