Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

radio

La percée des Indépendants fait de l'ombre aux réseaux

20/01/2005

Si RTL reste la première radio de France en part d'audience, les Indépendants font une progression remarquable et atteignent, pour la première fois, la barre des 10 %.

Les Indépendants peuvent-ils menacer les réseaux des grandes radios ? La publication, vendredi 14 janvier, de la dernière enquête d'audience de la radio 75 000+ de Médiamétrie, qui porte sur la période novembre-décembre 2004, relance le débat. Ce GIE, couplage publicitaire rassemblant cent cinq stations indépendantes régionales, atteint pour la première fois les 10 % de part d'audience, une barre que seule France Inter avait franchie dans le passé. En audience cumulée, les Indépendants sont leaders à 13,6 %, un point de mieux que RTL, soit une progression de 1,1 million d'auditeurs en un an.« C'est la preuve de l'importance de la proximité pour les auditeurs,estime Jean-Éric Valli, le président des Indépendants et PDG du groupe Start.Nous respectons les auditeurs et nous leur parlons d'eux, c'est normal qu'ils nous le rendent bien. »

« Les Indépendants progressent sur presque toutes les cibles, surtout sur les 50-59 ans, mais accusent une légère baisse sur les 25-34 ans »,précise Valérie Debord, directrice du département radio chez MPG. Pour autant, elle tempère cette montée en puissance, qu'elle juge« toute mathématique : le GIE s'est enrichi de treize stations en un an. »Faux procès, répond Jean-Éric Valli :« Nos concurrents non plus ne sont pas mesurés à périmètre constant. Et les treize stations supplémentaires n'ont contribué que pour 16 % à la progression d'audience. »Par ailleurs, selon Valérie Debord, les Indépendants constituent« un souci »car« géographiquement, l'offre n'est pas homogène. Et depuis deux ans, on vend aux annonceurs des additions de stations, on leur vend de la proximité au prix fort. Sans aucune flexibilité. Depuis le 1er janvier, la régie[Lagardere Active Publicité]a augmenté les tarifs de 23 %. Si cette hausse n'est pas accompagnée de plus de souplesse, il y aura rupture. »Ce à quoi Jean-Éric Valli rétorque :« Nous couvrons 85 % de la population, 13,6 % d'audience cumulée et beaucoup d'auditeurs exclusifs. C'est du haut de gamme, cela a un prix. Et le coût GRP reste dans la moyenne du marché. »

Recul du réseau Radio France

La vague novembre-décembre 2004, qui confirme RTL comme première radio de France, avec 12,2 % de part d'audience, est aussi marquée par le recul sur un an de France Inter (-0,5 point) et de France Info (-0,2 point). Pour Jean-Paul Cluzel, le PDG de Radio France,« il n'y a pas péril en la demeure, toutes les radios généralistes sont concernées ».Quant à RMC, elle continue sa progression, et atteint une audience cumulée de 4,2 %, soit une hausse de 20 % en un an. En Île-de-France, elle prend la cinquième place des radios commerciales, derrière RTL, Europe1, NRJ et Skyrock.« C'est très encourageant pour l'ex-station du Sud, et alors que le CSA nous ouvre de nouvelles fréquences »(Lille, en mars), se félicite Alain Weill, le PDG de Nextradio.

Du côté des musicales, NRJ conserve son titre de station la plus écoutée de France en audience cumulée (+0,7% en un an). Progression également de Fun Radio, qui peut remercier Cauet : son arrivée aux matinales a sans aucun doute pesé sur l'audience et fait plonger Europe 2.

En savoir +

>www.mediamétrie.fr

Envoyer par mail un article

La percée des Indépendants fait de l'ombre aux réseaux

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.