Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

gratuits

Des journaux en voie de reconnaissance

24/02/2005

Selon le baromètre TNS-La Croix-Le Point, les Français émettent peu de réserves sur la presse gratuite. Les annonceurs, eux, y investissent en masse.

C'est une première : le baromètre TNS-La Croix-Le Pointsur la confiance des Français dans les médias a consacré cette année une partie de son questionnaire à la presse gratuite, près de trois ans après le lancement en France des quotidiensMetroet20 Minutes. Trois ans pendant lesquels les débats ont fait rage dans la profession. Accusés de pratiquer une concurrence déloyale vis-à-vis des payants, d'être inféodés à la publicité et de proposer une information au rabais, les gratuits ont été attaqués par un grand nombre d'acteurs de la presse, duMondeàLibération.

L'équilibre en temps record

Les Français semblent se moquer de ces polémiques : 64 % d'entre eux estiment que« ces journaux sont un bon moyen de s'informer de manière simple et rapide », tandis que 75 % jugent qu'ils« permettent à certaines personnes de lire des journaux, alors qu'elles n'en achèteraient pas autrement ».« Les débats sur le financement de ces journaux par la publicité laissent la population relativement indifférente,remarque Dominique Levy, directrice du département médias chez TNS Sofres.Les Français reconnaissent même à cette presse gratuite un bénéfice de perception sociale : on s'échange plus facilement ces journaux que les payants. Prêter sonLibé ou Le Mondesuppose une affinité intellectuelle de départ. »

Les annonceurs, eux, ont adopté ces nouveaux titres encore plus vite que les lecteurs.Metroa récemment annoncé un chiffre d'affaires multiplié par cinq en trois ans, passant de 4,1 millions d'euros en 2002 à 20,6 millions en 2004 grâce à 659 annonceurs. Résultat : un bénéfice est attendu en 2005, alors que le titre a engrangé ses premiers profits au quatrième trimestre 2004.

Le magazine gratuitSport, qui lancera le 18 mars une déclinaison,Sport au féminin, avance quant à lui un chiffre d'affaires publicitaire de 5 millions d'euros en 2004 et 300 pages de publicité pour sa première année d'existence. Selon son créateur Francis Jaluzot, qui fut PDG de20 Minutes, c'est autant que ce dernier titre pendant sa première année d'existence. La reconnaissance est réelle même si, comme le rappelle Bruno Frappat, directeur de la rédaction deLa Croix, les gratuits sont tellement dépendants de la publicité qu'ils n'ont pas paru au moment du tsunami, le 26 décembre, ou pendant la canicule de l'été 2003.

Envoyer par mail un article

Des journaux en voie de reconnaissance

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.