Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

télévision

L'affaire Heaulme met la fiction du réel sur orbite

17/03/2005

La diffusion du premier docu-fiction contemporain sur TF1 a été un succès. Dans la tête d'un tueur ouvre la porte à un nouveau genre de programmes.

Avec plus de 10 millions de téléspectateurs et une part d'audience de 42,9 %,Dans la tête d'un tueur,diffusé le 10 mars, est une réussite pour TF1. Le téléfilm, qui retrace la traque du tueur en série Francis Heaulme par le gendarme Jean-François Abgrall, était la première « fiction du réel » à être diffusée sur les écrans français. Un programme qui s'appuie sur des faits divers récents (à la différence deL'Affaire Dominici, diffusée en octobre 2003) et dont les avocats de Francis Heaulme n'ont pu empêcher la diffusion malgré une saisine du juge des référés.

« Ces scores sont importants,confirme Claude Chevert-Lechevallier, coordinatrice TV à l'agence médias MPG.De plus, les audiences de la première et de la seconde partie sont très proches (22,6 % et 20,8 % sur les 15 ans et plus) alors que, généralement, on assiste à une chute d'audience plus forte après l'écran publicitaire. »Le programme semble également plus fédérateur que les séries policières diffusées habituellement le jeudi soir sur TF1. Seul point faible aux yeux des acheteurs d'espace : l'écran publicitaire de coupure présente un coût au GRP« dans la moyenne de la chaîne »car TF1 Publicité avait profité de l'événement pour augmenter ses tarifs de près de 40 %.

Dilemmes éthiques

Les très bons scores de cette première « fiction du réel » vont conforter les chaînes dans leur choix de mettre à l'antenne plusieurs programmes de ce genre. France 3 prévoit de raconter ainsi l'affaire du Petit Grégory, tandis que TF1 diffusera au printempsIls voulaient tuer De Gaulle, un docu-fiction sur l'attentat du Petit-Clamart en 1963, qui mêle images d'archives et séquences de fiction. La Une, qui tourne aussi un téléfilm sur Landru, a plusieurs projets dans ses tiroirs, notamment sur Jacques Mesrine (l'ancien « ennemi public n°1 »), Vincent Humbert (le jeune homme qui a réclamé le droit de mourir) et le détournement de l'Airbus Paris-Alger d'Air France en 1994.

Mais si ce style de programmes intéresse le public, il se heurte aussi à un problème éthique : peut-on parler de manière spectaculaire d'une histoire aussi récente ? La plupart des témoins de ces événements sont vivants. C'est le cas pour la tuerie de Nanterre où, en mars 2002, Richard Durn avait tué huit élus pendant la tenue d'un conseil municipal. Sollicité par les familles des victimes et des témoins, TF1 a préféré surseoir à la diffusion de son docu-drama mélangeant témoignages, images de reconstitution et archives, qui était prévu le 15 mars dans le cadre de l'émissionLe Droit de savoir.

Envoyer par mail un article

L'affaire Heaulme met la fiction du réel sur orbite

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies