Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

making of

Traits de plume

19/05/2005

Peter Carlson est l'un des chroniqueurs vedettes du Washington Post. Dans sa rubrique « Magazine Reader », il décortique les titres de presse avec une plume trempée dans le fiel. Irrésistible.

Il y a pire, comme travail. Depuis 1997, Peter Carlson, chroniqueur auWashington Post, passe le plus clair de son temps à feuilleter les tombereaux de magazines qu'on lui envoie ou à flâner dans les maisons de la presse, à l'affût de sa prochaine proie : le titre qui sera étrillé, raillé ou loué par sa plume caustique dans sa rubrique « Magazine Reader », devenue culte chez les amoureux du papier glacé. Magazines naturistes, fanzines surréalistes, titres de niche improbables... « Magazine Reader » est une plongée dans ce que la presse offre de plus bizarre. Mais pas seulement.« On me laisse carte blanche,explique le quinquagénaire, ancien journaliste dePeople.D'une manière générale, j'essaie d'alterner trouvailles amusantes et présentations d'articles plus sérieux que j'ai trouvés intéressants. »

Sa cible favorite ? La presse féminine.« Ce sont les titres les plus idiots et les plus égocentriques,assène-t-il.Je crois que le pire, c'estCosmopolitan, avec ses inépuisables sujets sur le sexe et sa volonté effrayante de trouver de nouvelles positions pour ses lectrices. Je me demande si dans leurs locaux, ils ne gardent pas deux jeunes gens bourrés d'hormones enfermés dans une pièce spéciale, chargés de tester tous les moyens branchés et amusants de parvenir à l'orgasme ! »Ça balance pas mal, auWashington Post...

Néanmoins, Peter Carlson ne se fait guère d'illusions sur l'influence de son acerbe chronique.« J'ai appris avec le temps que mes moqueries ne tueraient jamais un gros titre,soupire-t-il, tragi-comique.Un exemple : j'avais écrit un papier assassin au moment du lancement d'Oprah, le magazine féminin de la célèbre animatrice TV Oprah Winfrey. L'attachée de presse du titre m'a appelé, narquoise, en me disant " Nous allons retirer le magazine à 100 000 exemplaires. J'ai pensé que ça vous intéresserait de le savoir ". Même chose pour le magazineJane,que j'ai égratigné dans une chronique : Jane Pratt, son éditrice, m'a envoyé une lettre de remerciements, m'écrivant qu'elle relisait mon article quand elle avait besoin de réconfort. Soit elle est vraiment très bien élevée, soit mon humour est trop subtil ! »

Lire pour le plaisir

Quand fâcheries il y a, elles proviennent de titres plus confidentiels. Peter Carlson s'est grillé ad vitam æternam avec les fanatiques du heavy metal après un article sur le magazineSound of Death, décrit par le chroniqueur comme« le journal de ceux qui se maquillent pour ressembler à des cadavres sanguinolents, aiment les chansons sur le viol et les sacrifices de chèvres à Satan ».« Je ne pourrai plus jamais assister à un concert de heavy metal. Les gens du magazine étaient vraiment furieux,se souvient-il.Je suis également persona non grata dans la communauté punk, suite à un papier sur le magazineSpinoù je me moquais du nom des groupes. »

Si Peter Carlson déplore l'uniformisation de la presse,« de plus en plus marketée, [où] on sent tout de suite à quelle cible on s'adresse », il continue de dénicher quelques joyaux. CommePlacebo, un magazine humoristique pour les médecins, ou encoreMental Floss, un fanzine universitaire« qui dresse des listes plus bizarres les unes que les autres - les listes étant la solution de facilité numéro un pour les journalistes paresseux ! »Notre chroniqueur l'avoue : ses goûts le portent vers des titres plus consensuels, telsVanity Fair,The New YorkerouHarper's Bazaar. Mais trouve-t-il encore le temps de lire pour son plaisir ?« Quand j'ai commencé cette chronique, je me suis dit que, sur mon temps libre, il allait falloir choisir entre lire des livres et lire leNew York Times. J'ai arrêté leNew York Times. »Le journalisme implique parfois certains sacrifices.

Envoyer par mail un article

Traits de plume

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.