Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

making of

Le mangeur masqué

23/06/2005

François Simon, critique gastronomique, filme en caméra subjective ses repas dans les restaurants, avec une voix feutrée mais un ton acerbe. Tout en s'interdisant de se montrer à l'écran.

De François Simon, on ne livrera aucune description. Même si on a pu le détailler à loisir dans une brasserie de la rue du Louvre, non loin duFigarooù il est grand reporter.« J'ai un ego renversé : j'aime ne pas être reconnu, j'aime être transparent. D'ailleurs, dans la rue, on me marche régulièrement sur les pieds. »De fait, l'anonymat est la condition sine qua non de la chronique que le critique gastronomique présente dans l'émission de Michel Field,Ça balance à Paris, sur Paris Première. Caméra subjective, commentaires quasiment chuchotés... François Simon embarque le téléspectateur en douce et lui fait vivre son expérience culinaire, du menu à l'addition. Sans garder la langue dans sa poche. Le Réfectoire, restaurant situé non loin de Bastille, voit sa carte qualifiée de« pyjama food, un truc pour adultes désoeuvrés qui s'ennuient », alors que la cantine du Jamie Oliver français, Cyril Lignac, dans le xve arrondissement parisien, choque le critique par« sa clientèle très prime time »et« son tiramisu invraisemblable, mais un peu crétin, à base de noix de coco ».

Service à deux vitesses

Cet objet télévisuel était à l'origine diffusé dansRive droite, rive gauche, la défunte émission de Thierry Ardisson, sur Paris Première.« Je lui ai raconté que je filmais tous mes repas, tout comme j'enregistre mes rencontres avec des grands chefs, le marché aux poissons à Tokyo, les chambres d'hôtel, les trains, etc. »,raconte François Simon. Le principe de la caméra discrète, mais pas cachée, oblige le chroniqueur à quelques contorsions.« Je me mets dos à la salle, et lorsque je parle, je place la main devant ma bouche. J'ai failli me faire piquer plusieurs fois. Mais les serveurs remarquent beaucoup plus les gens qui prennent des notes. »Si l'extrême qualité des commentaires, quasiment littéraires, pourrait faire croire à une écriture a posteriori, François Simon dément : tout se passe en direct.« Je veux faire partager au téléspectateur mes interrogations, tout en lui expliquant ce qui se passe : quand une salade arrive, il faut qu'elle ait du volume, cela veut dire qu'elle vient d'être faite. De même, un risotto ne peut pas arriver en dix minutes, ou cela signifie qu'il a été réchauffé. »Des partis pris pédagogiques diversement appréciés dans la famille de la gastronomie.« 80 % des chefs me détestent,soupire François Simon.Ce milieu supporte très mal la critique. Mais il y en a assez des chroniqueurs à gros bide qui passent leur temps à se faire rincer ! »

D'où l'importance de rester caché.« Il y a vraiment deux vitesses dans les restaurants,résume François Simon.Comme on ne me reconnaît pas, on me place souvent près des toilettes, on me surfacture, etc. Si je me montrais, je basculerais du côté des notables, je rejoindrais le troupeau des otaries. »Notre mangeur masqué qui, plus jeune, ne rêvait pas de bonne chère mais plutôt« de rock n'roll et de jeunes filles vénéneuses », le reconnaît :« Tout cela complique singulièrement ma vie professionnelle. »Illustration : son portable sonne, l'attachée de presse de Robert Laffont est en ligne. Elle lui fait savoir que Thierry Ardisson veut l'inviter pour parler de son nouveau livre,N'est pas gourmand qui veut. Refus poli de François Simon :« Je ne peux pas accepter : il faudrait que je montre ma tête. »On touche aux limites de l'exercice.« J'essaie de ne pas être visible tout en espérant une reconnaissance. Mais quand je vois la vie écorchée des gens qui s'exposent, les fausses embrassades, le faux intérêt que l'on suscite, cela me conforte dans ma position. »L'entretien se termine. Un café et l'addition.

Envoyer par mail un article

Le mangeur masqué

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.