Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

télévision

Lagardère au bord du nouveau Canal

07/07/2005

Le groupe Lagardère s'est accordé avec Vivendi Universal pour prendre 34 % d'un nouveau groupe Canal + recentré sur la télévision payante en France. Verdict à la rentrée.

Jean-Bernard Lévy, président de Vivendi Universal (VU), l'a déclaré le 1er juillet auFigaro:« Nous sommes d'accord sur le quoi, proches d'un accord sur le comment, et il reste à définir le combien. »L'heure est donc à la valorisation et aux analyses comptables concernant le périmètre du nouveau Canal + dont Lagardère doit prendre une minorité de blocage (34 %) aux côtés de VU (66 %). Cette période d'expertise sera mise à profit pendant l'été pour fixer le montant de la soulte que le groupe Lagardère est appelé à payer tout en apportant ses 34 % de CanalSat au nouveau Canal+. Du côté de VU, le cash est d'ailleurs le principal intérêt de l'opération. On parle de 500 millions à 1 milliard d'euros.

Mais Lagardère est-il disposé à payer un tel prix ? Si le projet accorde bien au groupe une minorité de blocage, il n'a pas obtenu satisfaction sur l'idée d'un comanagement. Jean-Pierre Cottet, son directeur des activités audiovisuelles, n'a pu obtenir les rênes de Canal +.«Il est prévu que nous participions à l'élaboration de la stratégie et des comptes,relativise-t-on chez Lagardère,mais nous ne voulons pas d'un cocontrôle. Il n'a jamais été question de prendre le pouvoir. »Quant à Canal +, il a accepté d'extraire de la corbeille de mariage ses actifs extérieurs que sont Studio Canal, Canal +Pologne, I-Télé et le PSG.

Droit de regard prioritaire

L'idée est de créer à la rentrée une plate-forme de télévision payante réunissant les activités françaises, y compris, logiquement, les chaînes thématiques de Lagardère.« Nous serons solidaires sur les profits et partenaires sur l'ensemble de la stratégie »,observe un porte-parole de Canal +. Il est vrai que le groupe crypté a pu donner le sentiment de privilégier sa chaîne premium en versant, à son avantage, 600 millions d'euros annuels pour les droits de la Ligue de football professionnel sans consulter son partenaire dans CanalSat.

Pour Lagardère, l'accord avec VU est aussi un bon moyen de s'assurer une présence significative dans un canal de distribution de contenus en pleine mutation technologique sous l'influence de l'ADSL, de la TNT et de la télévision mobile. Une aubaine pour le groupe d'Arnaud Lagardère, qui s'est désinvesti de ses activités « broadband » (haut débit) et à qui VU avait demandé en novembre de revoir sa participation dans CanalSat.

Et ensuite ? Lagardère aura à coeur de défendre un pacte d'actionnaires qui lui assure un droit de regard prioritaire en cas de désengagement de VU. Rien ne presse, car le groupe s'est toujours donné du temps pour signer son grand retour dans la télévision, treize ans après l'échec de La5. Une minorité de blocage apparaît donc comme une position d'attente judicieuse, alors que VU est à la merci d'un démantèlement en cas d'OPA de Vodafone sur SFR. Attention toutefois aux retournements d'alliance : Lagardère regardait ces temps-ci avec inquiétude le mandat confié par M6 à Goldman Sachs pour se désengager de TPS. Faut-il y voir le prélude à un rapprochement entre CanalSat et TPS ? Toute la copie serait alors à revoir. À Canal+, on affirme qu'il s'agit seulement d'étudier avec TF1 comment distribuer en commun des chaînes payantes de TNT...

Envoyer par mail un article

Lagardère au bord du nouveau Canal

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.