Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

télévision

Des racines et des projets

14/07/2005

Patrick de Carolis, animateur et producteur de Des Racines et des ailes, a été élu président de France Télévisions. Une nomination bien accueillie par les professionnels.

Il est des signes qui ne trompent pas : le 30 juin, lors de la remise du rapport annuel du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), avenue Gabriel à Paris, nul ne pouvait ignorer la haute stature de Patrick de Carolis. Devant Dominique Baudis en plein discours, l'homme se tenait un pas derrière les présidents de chaîne et, plus qu'aucun autre candidat présent, suscitait l'intérêt des journalistes. L'animateur deDes Racines et des ailes, sur France 3, était alors donné favori dans une élection que l'on disait bouclée d'avance malgré les efforts de lobbying de Marc Tessier, président sortant de France Télévisions, appuyé par Anne Méaux. Son élection éclair, le 7 juillet, par cinq voix contre trois à Marc Tessier et une à Simone Harari, a été accueillie avec bienveillance dans les unités de programmes. Il arrive avec un numéro deux : Patrice Duhamel, nommé directeur général du groupe France Télévisions.

« Patrick de Carolis est un journaliste de la trempe d'un Desgraupes, d'un Mougeotte, d'un Lescure,estime Muriel Rosé, responsable des documentaires à France5, qui a travaillé avec lui à France3.Il va mettre en oeuvre un plan de relance des programmes de la télévision publique. Quand il fixe des objectifs, il sait déléguer et tirer le meilleur de vous-même - à partir du moment où il fait confiance. »Pour autant, l'homme, qui n'a jamais géré d'entreprise et ne s'est pas davantage frotté à la gestion sociale, a-t-il le profil d'un patron de l'audiovisuel public ?« Il n'est pas gestionnaire, et alors ?,réplique Muriel Rosé.Il saura s'entourer. Est-ce que De Gaulle était un gestionnaire ? »

L'homme du 7 juillet n'est pas tout à fait attendu comme le sauveur de France Télévisions. Mais en annonçant un« véritable virage éditorial et stratégique », en fustigeant la« crise identitaire »à France 2 et« l'usure de l'offre de programmes »à France 3, c'est bien à un sursaut qu'il appelle avec des accents gaulliens :« Il faut passer d'un patriotisme de chaîne à un patriotisme de groupe »,a-t-il lâché au CSA, invitant à la réconciliation de l'audience et de la qualité.

À en croire Muriel Rosé, c'est la relation chaleureuse qu'il est capable de nouer avec les gens qui a emporté l'adhésion de Bernadette Chirac, avec laquelle il a écrit un livre,Conversation. C'est d'ailleurs sur le plateau deDes Racines et des ailesqu'il a fait sa connaissance. Joseph Macé-Scaron, ex-directeur de la rédaction duFigaro magazinequi l'a côtoyé pendant deux ans, estime pourtant qu'il n'a pas le goût des réseaux :« Il connaît peu les politiques et pas Nicolas Sarkozy,dit-il.Il est d'une droite catholique et libérale, à la fois élégant et courtois, respectueux et curieux, et extrêmement ouvert à tout ce qui bouge. Sans être interventionniste, il a un très grand sens de l'image et aime avoir son mot à dire. »AuFigaro magazine, il ne s'est donc pas contenté du rôle d'icône audiovisuelle dans lequel certains le voyaient confiné et a endossé les habits du patron de presse pour soutenir, sans grand succès, les ventes en régions.

En phase avec le public

Éclectique, comme le nom de sa société de production (Éclectic), Patrick de Carolis a expérimenté la presse, les Victoires de la musique classique, le festival de Rocamadour, l'écriture récente d'un roman (Les Demoiselles de Provence), etc.« C'est un homme de spectacle et de culture,estime l'un de ses proches, Patrick Charles, directeur des magazines à France 3.Il est passionné par les nouvelles écritures et entend mettre l'accent sur les contenus qui génèrent de l'identité. Il veut rendre l'éditorial des chaînes plus lisible afin qu'elles arrivent unies à la bataille. »Selon lui, le futur président est avant tout un homme de télévision en phase avec les attentes du public. Il faut dire qu'il sillonne la France depuis 1997 pourDes Racines et des ailes, deuxième meilleur prime time de France 3 (19,5 % de part d'audience).

Patrick de Carolis, qui abandonnera la présentation de son émission, annonce aujourd'hui un plan quinquennal pour le groupe public en faveur des oeuvres audiovisuelles, doté de 100 millions d'euros. Il sera notamment financé grâce à« l'affectation prioritaire de l'effet d'aubaine lié à l'ouverture de la publicité pour la distribution en 2007 ». Il compte aussi s'atteler au chantier de la mobilité, de l'égalité salariale entre hommes et femmes, à un« réexamen du projet »de chaîne d'information internationale. Mais il est aussi attendu sur les nouvelles technologies et l'emploi alors que le redéploiement de France3, hier promis à la télévision numérique terrestre, est au point mort.

Envoyer par mail un article

Des racines et des projets

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.