Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

France Soir achevé par Metro et 20 Minutes ?

03/11/2005

Le journal a été placé lundi 31 octobre en redressement judiciaire, avec un plan de continuation de six mois.

France Soir, placé en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Bobigny lundi 31 octobre, est-il la première victime de la presse gratuite ? C'est la conviction d'un certain nombre d'observateurs. Depuis leur lancement en 2002, Metro et 20 Minutes affichent une croissance insolente dans un contexte de crise de la presse quotidienne nationale, qui fragilise dangereusement les plus faibles. Après avoir enregistré une confortable augmentation de leurs recettes publicitaires - leurs concurrents payants ­subissant une nouvelle baisse de 0,6 % en 2005, selon AdBarometer -, les gratuits devraient en plus pouvoir déballer leurs premiers chiffres d'audience en mars 2006. De quoi faire de nouveau frémir les quotidiens payants.

Encore dans la cour des grands

Reste que l'érosion de la diffusion de France Soir (58 553 exemplaires payés en France en 2004-2005) est bien antérieure à l'arrivée des gratuits. Premier quotidien français dans les années soixante avec plus d'un million d'exemplaires, le titre n'a cessé depuis de perdre des ventes. Mais selon l'OJD, la chute de sa diffusion a été moins vertigineuse après l'arrivée des gratuits (- 10 % entre 2002 et 2003) qu'avant (- 23 % en 2001-2002).

Alors, où est le problème ? « Nous avons sans doute échoué à trouver une nouvelle formule éditoriale, mais cette situation de crise incombe plus encore à une mauvaise gestion et au fait qu'aucun des repreneurs n'ait effectué les investissements nécessaires pour relancer le titre », explique un délégué syndical. Une crise profonde qui a atteint son paroxysme fin août quand le conflit - qui devrait être réglé dans les prochains jours- entre Presse Alliance, la société éditrice, et l'imprimeur Riccobono s'est soldé par l'absence du journal dans les kiosques du sud de la France.

Autrefois fleuron du grand reportage, France Soir continue de faire parler de ses papiers. Récemment épinglé par ­Nicolas Sarkozy pour avoir dévoilé l'identité de sa nouvelle compagne, régulièrement cité dans les revues de presse, il semble encore jouer dans la cour des grands. Mais pour Philippe Bouvard, qui y a passé trente ans, « de changement de propriétaire en changement de propriétaire, le journal a perdu son âme, sa ligne éditoriale et sa crédibilité. La dernière tentative de renouvellement, qui consistait à s'aligner sur les tabloïds britanniques et leurs titres sensationnels, n'a fait que confirmer son échec. » Quant au projet de lancer une version anglaise, annoncé par l'homme d'affaires franco-égyptien Ramy Lakah qui a repris les commandes en 2004, il est resté dans les cartons.

Depuis que le groupe Hersant s'est délesté de France Soir en avril 1999, cinq PDG et une dizaine de directeurs de la rédaction se sont succédé au chevet du quotidien. « Le problème, c'est que beaucoup de ces investisseurs n'étaient pas issus de la presse et considéraient le journal comme un simple levier de pouvoir, poursuit Philippe Bouvard. Or les médias écrits n'ont plus cette influence. »

Peut-être étaient-ils séduits par une marque qui a longtemps représenté « le succès d'une presse populaire de qualité », selon Marie-Claude Sicard, expert en stratégie de marque. Une marque qui a toutefois vécu sur son capital sans jamais se remettre en cause, selon elle : « France Soir n'a pas su s'adapter à l'évolution des lecteurs et du paysage médiatique. Pendant qu'il sombrait dans une zone de turbulences, d'autres ont pris sa place, comme Le Parisien et, dans une moindre mesure, les gratuits. » Aujourd'hui, le quotidien, administré pour six mois par Gilles ­Baronnie et Frédéric Brunet, explore une piste : celle d'un France Soir... gratuit.

Envoyer par mail un article

France Soir achevé par Metro et 20 Minutes ?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.