Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

CINÉMA

La logique implacable du Losange

25/09/1998

Concentrant production et distribution, les Films du Losange préparent la sortie du prochain film d'Éric Rohmer, Conte d'automne, juste après le Lautrec de Planchon.

C'est avec le prix du meilleur scénario original queConte d'automne, le dernier film d'Éric Rohmer, l'un des trois fondateurs des Films du Losange, est revenu de la cinquante-cinquième Mostra de Venise. Ce festival, qui chérit son oeuvre depuis longtemps, accueillait, hors compétition, un autre film de sa production:Lautrecpar Roger Planchon. Avec l'intégralité de la filmographie rohmérienne - les films des débuts ont été rachetés pour figurer au catalogue -, celle de la carrière européenne de Barbet Schroeder, l'autre fondateur de la société en 1963 aux côtés de Margaret Ménégoz qui la dirige actuellement, les trois Planchon, quelques Brisseau ou Marguerite Duras, les Films du Losange ont bâti leur réputation sur les films d'auteurs.«Je ne les recherche pas particulièrement. Simplement, je les laisse travailler», explique Margaret Ménégoz, qui compte une soixantaine de longs métrages et quelques courts métrages dans un catalogue très demandé à travers le monde. Pourtant, les Films du Losange répondent à une logique économique implacable. Ses trente-six ans de longévité en sont la preuve.«Aucun de nos films n'est dans le rouge, même si certains y sont restés assez longtemps, explique Margaret Ménégoz.La société fonctionne sur un modèle économique simple, inspiré par Rohmer: ne jamais financer de film avec l'argent que nous n'avons pas.» Conte d'automne, dernier épisode desContes des quatre saisonsqui sort mercredi sur les écrans, a été financé avec les recettes du film précédent. Dix-huit millions de francs ont été nécessaires.«La Sept/Arte a participé en coproduction à hauteur de 2millions de francs. Mais nous n'en avions pas besoin pour le financement du film, seulement pour assurer sa diffusion en télévision»,raconte-t-elle.

Production et distribution

À l'inverse,Lautrec, sorti le 9septembre, a été le premier film que Margaret Ménégoz a coproduit et distribué avec le Studio Canal+.«Le budget total (51MF) est important pour la production française, d'autant que le rôle principal y est tenu par un inconnu», dit-elle. Reste alors à espérer les 800000entrées qui assureront l'équilibre financier du film. En une semaine, 183730entrées ont déjà été enregistrées dans toute la France. Engagés en production sur le prochain Romain Goupil,À mort la mort, et le conte polonais d'Andrzej WajdaDernière incursion en Lituanie,les Films du Losange assureront d'ici à la fin de l'année la distribution deHors jeu,de Karim Dridi et deFesten,de Thomas Vinterberg, récompensés à Cannes ex aequo par le prix spécial du jury.

Envoyer par mail un article

La logique implacable du Losange

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies