Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le journalisme mutant de l'ère numérique

17/11/2005

Dans Une Presse sans Gutenberg, Bruno Patino et Jean-François Fogel expliquent que l'ère numérique annonce la fin du journalisme tel qu'on l'a connu jusqu'ici.

Bruno Patino partage avec ­Rupert Murdoch de ne pas être un natif mais un immigré du numérique. À quarante ans, son expérience de dix années à la tête du Monde interactif le fait néanmoins pencher vers la génération des 15-35 ans. Il garde pourtant la tête froide, en homme du livre. Celui qui est aussi PDG de Télérama vient de ­publier un essai sur l'information à l'ère numérique : Une Presse sans ­Gutenberg (Grasset). Écrit avec son complice de la fondation Garcia ­Marquez, Jean-François Fogel, il y dissèque les grandes mutations du journalisme à l'époque de Google News.

Les violences urbaines ? « C'est la première crise sociale vécue à l'âge d'Internet », note-t-il, alors que lemonde.fr a atteint ces jours-ci son record de 1,3 million de visites en une journée. Soit l'audience du site du Guardian lors des attentats de Londres du 7 juillet dernier. Les grandes crises déterminent souvent l'avenir d'un média. Après le 11 septembre 2001 et l'effondrement de la publicité, ­ elpais.es avait décidé de devenir payant. Son concurrent El Mundo en a profité pour s'installer dans la gratuité et, le 11 mars 2004, c'est vers ce site que l'audience s'est précipitée en masse en envoyant ses photos et ses témoignages. Depuis, El País court derrière.

Plus besoin d'intermédiaires

La presse imprimée saura-t-elle redéfinir son rôle face à la déferlante numérique ? « Les journalistes ont perdu le monopole de la transmission de l'information, explique-t-il. Ce qui faisait la valeur de l'info, c'est que quelqu'un la cachait. Avec Internet, les journalistes en ligne sont confrontés à la concurrence de leurs sources, de leur propre audience ou à des algorithmes qui agrègent et désagrègent l'information. » C'est donc bien une nouvelle histoire du journalisme qui est en train de s'écrire sous l'influence des sites, blogs, forums, « chats », etc.

Là où certains parlent de journalisme citoyen, Bruno Patino préfère le terme de « désintermédiation », soulignant que c'est l'idée de se passer d'intermédiaire qui fonde Wikipedia, l'encyclopédie en ligne alimentée par les internautes : la valeur du contenu y est inversement proportionnelle au nombre de participants. « Les gens sont entrés dans une pièce dont ils se pensaient exclus. Comme le village global de McLuhan, ce peut être la meilleure comme la pire des choses », souligne-t-il.

Internet introduit le journalisme des médias de masse dans l'hyperchoix. Comment être, face à un ­Google News, au-dessus du compromis ­acceptable qui fait préférer la gratuité à la qualité ? D'abord en comprenant que tout site, d'information ou non, est toujours à portée de clic d'un autre. « Dans l'univers du numérique, on est une étape sur une balade, note-t-il, jamais une destination finale. » Ensuite, que la grand-messe synchrone du média de masse laisse la place à la diffusion asynchrone d'une information qui peut être personnalisée et remalaxée à souhait : les radios et bientôt la télévision en tirent leur parti en « podcastant » leurs émissions.

Enfin, aux médias de prouver qu'ils sont dignes de confiance. « Pour les natifs du numérique, conclut Bruno Patino, les marques médias n'ont pas une crédibilité acquise. L'émergence d'Internet a eu lieu en même temps que la remise en cause des grandes institutions du journalisme. La charge de la preuve nous incombe. »

Envoyer par mail un article

Le journalisme mutant de l'ère numérique

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.