Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le plan de Vincent Lalu pour France Soir

12/01/2006 - par Muriel Signouret

L'offre de reprise déposée par le directeur de La Vie du rail est considérée comme la plus sérieuse.

Chute vertigineuse de la diffusion (tombée à 58 553 exemplaires en diffusion payée en 2004-2005), dettes et pertes colossales, image écornée par l'incapacité de ses différents PDG à redresser le titre... Et pourtant, France Soir suscite encore de l'intérêt. Trois candidats ont déposé une offre de reprise du quotidien, actuellement en redressement judiciaire. Selon Me Gilles Baronnie, l'un des administrateurs judiciaires du journal, deux autres devraient le faire ce jeudi 12 janvier.

« S'il ne fallait s'intéresser qu'aux journaux en bonne santé, on n'aurait pas beaucoup de possibilités », ironise ­Vincent Lalu, directeur de La Vie du rail, qui a présenté une offre. Son dossier est jugé par Me Baronnie comme « le plus sérieux en termes éditorial, financier et social puisqu'il promet de garder 59 des 118 salariés ». Pour relancer France Soir, qui selon lui « a encore de la valeur », il propose de coupler un journal payant du matin et un gratuit du soir. Le premier s'articulera autour de trois ­cahiers : un news proche du style des gratuits, un sur les courses et un troisième, thématique, consacré spécifiquement à la cible de ce nouveau France Soir. « À savoir les 5 millions de personnes issues de l'immigration et laissées en marge de la société française », dixit Vincent Lalu. Quant au gratuit du soir, il se bornera à actualiser le cahier info du matin.

Autre candidat à la reprise, Jean-Pierre Brunois, un marchand de biens qui avait déjà convoité France Soir en 2004, s'associe au journaliste Olivier Rey pour faire un « tabloïd à la française ». Seul hic : il propose de ne reprendre que 23 salariés. « Nous en réembaucherons 30, promet-il. Mais il faut d'abord repartir sur des bases saines et cette approche industrielle de la presse a encore du mal à s'imposer en France. » Enfin, l'offre de George Ghosn, ancien propriétaire du titre, est également jugée socialement faible, avec 35 salariés gardés. Son projet ? Proposer un « city journal » pour les Parisiens. Ce sera au tribunal de trancher, à la fin janvier.

Envoyer par mail un article

Le plan de Vincent Lalu pour France Soir

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.