Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le documentaire à l'honneur sur le service public

26/01/2006 - par Bruno Fraioli et Amaury de Rochegonde

France Télévisions fait le pari de la qualité avec un budget en hausse de 11 % sur les documentaires.

Le président de France Télévisions, Patrick de Carolis, coche ses cases. Il a affirmé, jeudi 19 janvier, qu'il allait « honorer le discours fait devant le Conseil supérieur de l'audiovisuel » à son arrivée, en particulier à propos de l'harmonisation des grilles de ses chaînes. « Le documentaire est le premier acte du virage éditorial et stratégique, affirme-t-il. Il y en aura d'autres. » Premier chantier, donc, le documentaire profitera en 2006 d'un effort financier de 71,5 millions d'euros, soit 11 % de plus qu'en 2005. « Chaque fois qu'un documentaire, avec une écriture moderne, est programmé en soirée, il obtient des scores d'audience élevés, justifie Patrick de Carolis. France Télévisions a un savoir-faire dans ce genre. » Ainsi, il y a un an, Homo Sapiens a été un succès sur France3. Le 31 janvier, avec L'Odyssée de la vie, France 2 engagera une politique de documentaires en prime time chaque mois. La chaîne va mettre l'accent sur « l'histoire et la science », tels ce portrait de Marie-Antoinette ou ce document sur le futur de l'Homme. France 3 traitera, elle, de « société et de culture » avec, deux fois par mois le lundi, en prime time, des documentaires sur des « histoires d'aujourd'hui ».

Économie et diversification

Reste la question du financement de tels programmes alors que le gouvernement ne semble pas décidé à augmenter la redevance et que l'adossement de cette dernière à la taxe d'habitation laisse à désirer. Il manquerait 40 millions d'euros par rapport aux résultats escomptés d'une meilleure collecte du fruit de cette redevance (15 millions d'euros supplémentaires engrangés). Du coup, Patrick de Carolis est un peu obligé de tendre la sébile au gouvernement pour assurer son financement. Il annonce certes des économies, à l'issue d'un audit en cours de finalisation, mais il souhaite aussi un développement de ses revenus publicitaires (+3% en 2006) et un doublement de ses recettes de diversification (livres, DVD, jeux dérivés des émissions). Mais a-t-il vraiment les moyens de ses ambitions dans le cadre de la loi qui limite à 8 minutes par heure la publicité sur ses antennes ? « C'est un propos, dit Patrick de Carolis, que je ne m'interdis pas d'avoir avec l'actionnaire. »

Envoyer par mail un article

Le documentaire à l'honneur sur le service public

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.