Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le procès d'Outreau, d'une audience à l'autre

02/02/2006 - par Delphine Le Goff

La rediffusion en direct des auditions publiques des acquittés d'Outreau a saisi les Français. Progrès du débat démocratique ou dérive de l'info-spectacle ?

Un raz-de-marée. Depuis la retransmission en direct des auditions publiques des acquittés d'Outreau, le président de La Chaîne parlementaire-Assemblée nationale (LCP-AN), Richard Michel, a reçu des centaines de courriels de téléspectateurs. « Les gens nous écrivent qu'ils se sont couchés à quatre heures du matin, nous remercient d'avoir diffusé ces témoignages, raconte-t-il. Même s'ils nous ont parfois reproché, lors de la première diffusion des auditions, les bips mal réglés sur les noms des enfants. » Karine Duchochois, Roselyne ­Godard, Alain Marécaux... Après avoir été, pendant la sordide ­affaire d'Outreau, identifiés des sobriquets ou par leur métier (la boulangère, l'huissier, etc.), les acquittés ont récupéré leur nom, désormais bien connu du grand public. La retransmission en direct des auditions d'une commission parlementaire sur une affaire judiciaire est un événement sans précédent en France. Qui a permis aux chaînes Public Sénat, LCP-AN ou encore Histoire de connaître une audience elle aussi sans précédent. « Elle est difficile à quantifier, car il n'existe pas de mesure sur la TNT, explique Richard ­Michel. Habituellement, sur Freebox, nous nous trouvons en 18e ou en 20e position. Lors de la diffusion des auditions, nous avons atteint la seconde meilleure audience. »

« Distance et sérénité »

Si, dans un premier temps, tous ont vu dans ces retransmissions un progrès, une manière de faire participer les Français à un débat démocratique, celui de la nécessaire réforme de la justice, des voix s'élèvent aujourd'hui pour dénoncer les effets pervers que pourraient avoir ces rediffusions. Dominique Wiel, le prêtre-ouvrier acquitté, s'inquiétait le 28 janvier dans Le Monde de la diabolisation du juge Fabrice Burgaud par les médias. C'est que désormais, tout le monde attend de pied ferme l'audition du magistrat, le 8 février - les grandes chaînes hertziennes réfléchissent à une possible retransmission - à laquelle les ­acquittés assisteront. Sauf Dominique Wiel, qui craint que l'on ne passe à côté de l'essentiel. « Bien sûr, ces images vont réjouir les metteurs en scène. [...] On gardera l'image dramatique de l'institution face à ces acquittés devenus " ses " juges. Le juge Burgaud deviendra le bouc émissaire désigné au peuple de toutes les insuffisances de l'institution judiciaire. »

Le doute est légitime : avec ces rediffusions, entre-t-on dans l'ère des procès-spectacles à l'américaine ? « Il faut restituer les procès dans leur temporalité, et tout expliquer avec distance et sérénité. Si l'on avait diffusé le procès d'Outreau en direct, on en serait peut-être venu à douter de l'innocence des acquittés... », a expliqué le 25 janvier Jean-Pierre Elkabbach, président de Public Sénat, qui veut multiplier les directs concernant la vie publique (y compris les « négociations importantes » avec les partenaires sociaux). Pas question pour lui, donc, de retransmettre les grands procès. Mais quid du possible lynchage médiatique de Burgaud, qui a même vu son identité usurpée par un journaliste de Paris Match, qui voulait consulter le dossier du magistrat à Sciences Po Bordeaux ? « Là, ça devient grand-guignolesque, reconnaît Richard Michel. Pour mieux comprendre les errances d'Outreau, il faut également s'intéresser au parquet, à la chambre d'instruction au sens large. Le direct n'est pas la panacée : nous avons organisé des débats où nous abordions toutes sortes de questions, y compris le rôle des médias. Et nous allons nous intéresser de plus près au sort de certains acquittés, comme Thierry Dausque, que l'on a laissé croupir un an et demi en prison sans l'assistance d'un conseil. »

Envoyer par mail un article

Le procès d'Outreau, d'une audience à l'autre

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.