Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Journalistes masqués, dans la presse comme à la télé

09/02/2006 - par Amaury de Rochegonde

Comme les reporters de télévision, les journalistes de radio et de presse s'inventent des identités pour obtenir des infos. Efficace mais contraire à la déontologie, selon la Commission de la carte.

La télévision est coutumière du fait : pas un reportage dans une zone sensible sans que le téléspectateur n'assiste à une interview en caméra cachée. Depuis peu, le phénomène s'est étendu à la presse écrite et à la radio. Comme ce journaliste de Paris Match qui, le 26 janvier, s'est fait passer pour Fabrice Burgaud pour consulter le dossier du juge à Sciences Po Bordeaux. Manque de chance pour lui, le directeur de l'établissement a prévenu la police. Ou ce reporter de l'émission de Jean-Marc Morandini, sur Europe 1, qui prend l'identité d'un directeur commercial d'une marque automobile pour obtenir d'agences événementielles les tarifs des « ménages » des professionnels de la télévision. Résultat : trois démentis et des reprises dans la presse. Ou encore cette journaliste de Télérama, Emmanuelle Anizon, qui s'inscrit à une émission diffusée il y a trois mois sur TF1, « en mentant sur son nom et sa profession », reconnaît-elle. Le 9 novembre, elle a fait la une de l'hebdo avec ce gros titre : « J'ai été témoin dans l'émission Y'a que la vérité qui compte ! » Elle y raconte sa vie imaginaire de fille qui a trahi sa meilleure amie et s'est réconciliée avec elle devant une pizza quatre fromages. Tout y passe : la sélection des témoignages par la société de production de Bataille et Fontaine, le lien affectif savamment entretenu par une assistante, l'autorisation de diffusion signée avant l'enregistrement. La journaliste affirme avoir été félicitée par des confrères. Pascal Bataille, lui, fait l'étonné : « C'est comme un cambrioleur qui escalade cinq étages pour passer par la fenêtre alors que la porte est grande ouverte. »

Arroseurs arrosés

Seul souci de ce genre de méthode : elle est rigoureusement contraire à la déontologie des journalistes, ainsi que nous le confirme Pierre Delimauges, président de la Commission de la carte d'identité des journalistes professionnels, qui avoue son impuissance : « C'est là une dérive déplorable. La charte dit bien qu'on doit décliner son identité. S'il y avait un ordre, ces gens-là seraient radiés », souligne-t-il. Selon un texte de 1918, le journaliste « s'interdit d'invoquer un titre ou une qualité imaginaires, d'user de moyens déloyaux pour obtenir une information ou surprendre la bonne foi de quiconque ». En 1971, l'article 4 de la Déclaration des devoirs confirme que le journaliste ne doit « pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations ». « Je suis loyale envers mon journal, rétorque Emmanuelle Anizon. Pourquoi la presse écrite ne ferait-elle pas comme la télévision ? Et est-ce que Bataille et Fontaine ont, eux, des méthodes très loyales ? »

Jean-Marc Morandini estime de son côté que son journaliste, titulaire de la carte de presse, n'avait « pas d'autre solution ». « Ce n'est pas un énorme bobard, explique-t-il. Nous avons essayé d'avoir les infos normalement mais ce n'était pas possible. Alors nous avons expliqué clairement à l'antenne comment nous nous y étions pris. Cela nous a permis d'avoir un fax écrit avec les tarifs. » Seul petit problème : les démentis de Jean-Pierre ­Pernaut, PPDA et Guy Laforge ont montré que lesdites agences mentaient sur leurs clients pour se mettre en valeur. Alors, les 15 000 euros perçus par Guillaume Durand ou Ruth Elkrief sont-ils fiables ? Rendons grâce aux Britanniques d'être plus convaincants : « J'aurais pu tuer la reine et le président des États-Unis », racontait en novembre 2003 un journaliste du Daily Mirror après s'être glissé dans les habits d'un majordome à Buckingham Palace.

Envoyer par mail un article

Journalistes masqués, dans la presse comme à la télé

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.