Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Les chaînes d'information britanniques comptent déjà une victime

23/02/2006 - par Baptiste Aboulian, à Londres

Trois chaînes d'information se disputaient le marché restreint des amateurs d'actualité en continu. ITV News a jeté l'éponge.

Ce week-end de janvier 2006, une nouvelle bataille d'audience sévit entre les deux chaînes d'info Sky News et BBC News 24. Une baleine s'est égarée dans la Tamise à Londres. Les hélicoptères sont sur place et offrent un point de vue imprenable sur la scène.

Sky News, la chaîne de Rupert ­Murdoch apparue en 1989, va réaliser un petit record d'audience : 365 000 télé­spectateurs quand, au milieu de l'après-midi, le cétacé, qui périra quelques heures plus tard, est hissé à bord d'une barge. La chaîne rivale, BBC News 24, créée en 1996, fait la moue. Elle a attiré 50 000 personnes de moins. Mais elle se consolera bien vite, car elle a dorénavant la main dans la course qui l'oppose au vétéran Sky News.

Plus de notoriété que de profits

Dans l'univers impitoyable du « rolling news » (l'info en continu), la prise de pouvoir de la BBC a eu lieu l'année dernière. Les estimations varient légèrement, mais, à titre d'exemple, en juillet 2005, BBC News 24 a atteint une audience cumulée de 15 millions de personnes, contre 13 millions pour Sky News. Les responsables de Sky pointent du doigt l'explosion de la télé­vision numérique terrestre (TNT).

Les téléspectateurs de l'information en continu, âgés et conservateurs, se tourneraient volontiers vers la rassurante « Tante Beeb ». Mais la réalité est plus complexe : l'ensemble de cette industrie souffre. Les chaînes d'info ont beau attirer une part importante de téléspectateurs en cumul, elles sont peu regardées dans la durée : en moyenne, neuf minutes par personne et par semaine pour les deux chaînes.

De plus, l'information est chère à fabri­quer et le retour sur investissement, faible. Plus que des profits, les diffuseurs - BBC et News Corp - ­gagnent surtout de la notoriété. Et ce qui peut ­convenir à la BBC, financée par les ­deniers ­publics, n'est pas forcément viable pour les opérateurs privés. En témoigne la disparition en janvier du troisième acteur du marché, ITV News, après cinq ans d'activité.

Sky News essaie, elle, de rebondir en innovant : présentateurs vedettes, nouvel habillage. Mais l'audience continue de stagner. Selon les ­experts, c'est le modèle même des chaînes d'info en continu qui est en crise. Une étude réalisée par l'université de Cardiff, en juillet dernier, montre ainsi que ces ­chaînes excellent dans les bulletins d'information mais que les programmes plus longs brillent par leur absence. Quant à la couverture en direct des événements, elle est en fait assez rare.

Dans le rôle du fossoyeur, Internet, bien sûr. Le concept de l'actualité en images commentée de façon linéaire a bien vieilli depuis l'arrivée des portails d'information. « Je ne suis pas sûre qu'il y ait un avenir pour des informations présentées les unes après les autres et hiérarchisées par un rédacteur en chef, explique Rachel Howell, chef adjointe des informations télévisées à la BBC. Ce que veulent les gens, c'est de l'info à la demande .» Du reste, le site BBC News dépasse les 100 000 utilisateurs par jour depuis qu'il a mis en place un bulletin vidéo de trois minutes constamment remis à jour sur sa page d'accueil.

L'accélération de la vitesse de transmission et la multiplication des ­séquences de vidéastes amateurs sur les pages Web font que les « instincts ­interactifs se développent », comme le constate le journaliste Paul Mason. La pertinence des chaînes d'info pourrait s'en ressentir. Une réalité que doivent déjà appréhender LCI, iTélé et BFMTV en France, même si les deux dernières profitent encore de l'essor de la TNT.

Envoyer par mail un article

Les chaînes d'information britanniques comptent déjà une victime

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.