Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

PUBLICITÉ

Saatchi recrute des producteurs

02/10/1998

En recrutant deux producteurs, Saatchi & Saatchi relance le débat de la production intégrée en agence. Les spécialistes, de leur côté, restent sereins.

Et une de plus. Après Publicis, qui avait lancé la société de production Wam il y a quatre ans, CLM/BBDO, qui a engagé le producteur Pierre Marcus à la direction de son service de TV production il y a six mois, Saatchi&Saatchi embauche à son tour deux producteurs. Éric Surmont et Antoine Grujard, anciens collaborateurs de la maison de production Major, viennent aujourd'hui gérer la production et la postproduction au sein de l'agence de Philippe Lentschener. Tendance? Hasard? À en croire Gilles Soulier, directeur de la création de Saatchi,«le métier change à toute vitesse, il se professionnalise et l'arrivée de ce type de profils en agence est incontournable».Dire que les agences ont envie de maîtriser la chaîne de production de A à Z serait faux, affirment les publicitaires. Dire que les agences veulent se passer de leurs «prestataires» serait également un abus de langage. Il n'empêche. Ces nouveaux recrutements prouvent que le métier ne fonctionne plus sur les mêmes bases. Ils dévoilent également au grand jour les inimitiés existant au sein du triangle agences, sociétés de production, annonceurs.«Avoir été producteur et passer de l'autre côté de la barrière permet de parler d'égal à égal avec nos interlocuteurs,commente Éric Surmont.Lorsque nous évoquons les devis, nous savons immédiatement quelles sont les priorités, les postes indispensables et ceux qui peuvent sauter.»Sous-entendu, les TV productrices, elles - car ce sont généralement des femmes qui occupent ces postes -, n'offrent pas une qualité de dialogue suffisante dans le système de TV production classique. Pierre Marcus, lui non plus, ne veut évincer personne, mais il explique«qu'il est anormal d'avoir besoin, lorsque l'on produit à l'étranger, d'une production intermédiaire sur le territoire français».

Des producteurs placides

Enfin, Benoit Devarrieux qui, l'un des premiers, avait monté il y a trois ans une sorte de service de production intégré, estime simplement qu'«aujourd'hui, il est indispensable d'avoir dans ses murs des machines afin de postproduire si une urgence se présente, de bons techniciens pour monter des films à toute allure si un client le demande.»En aucun cas, il ne s'agit pourtant de doubler les producteurs. Lesquels restent d'ailleurs placides.«Si l'objectif est de faire baisser les devis, c'est ridicule. L'annonceur n'est pas à 100000 ou 200000francs près. En revanche, je crois que cette évolution va réduire la paranoïa phénoménale des annonceurs, qui pensent que les producteurs sont tous des voleurs»,commente Georges Bermann, manager de Partizan Midi Minuit. Jean-Jacques Grimblat, le patron de Hamster production, de son côté, plaisante:«On pourrait peut-être commencer à attaquer les clients en direct sans passer par les agences de publicité... Il y aurait, d'un côté, les agences de publi-production, et, de l'autre, les sociétés de produc-publicité.»On peut aussi s'amuser à voir les hommes prendre d'assaut un métier jusque-là réservé aux femmes. C'est sans doute la preuve de l'intérêt qu'ils lui accordent.

Envoyer par mail un article

Saatchi recrute des producteurs

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies